#PSF2022 L’Effet coccinelle de Yann Bécu

Pour discuter de vos lectures
Répondre
Avatar du membre
Lhisbei
Mémoire
Messages : 3988
Enregistré le : 29 août 2013, 20:48
Contact :

#PSF2022 L’Effet coccinelle de Yann Bécu

Message par Lhisbei » 26 septembre 2021, 06:34

L’Effet coccinelle de Yann Bécu ( L'homme sans nom) - juin 2021

Image
Quand la preuve indubitable de l’existence de Dieu est publiée sur Terre, l’exaltation du premier soir est de courte durée :
« Dieu existe », d’accord, mais au fait… lequel ?

Le lancement de l’Homo Sapiens, c’était une idée pourrie. Génétiquement trop instable. Le service Créa avait prévenu dès le début. Ils préféraient de loin le projet Bonobo. Question score de paix, une vraie promenade ! Bonobo Sapiens, ça aurait signifié la résolution du moindre conflit par le sexe… Chantier pépère, en somme.
Tu parles ! Les boss du 33e étage n’avaient rien voulu entendre. L’Homo Sapiens c’était parfait pour eux : audacieux, vendeur, et tellement sexy sur le papier.
Sur le papier, peut-être, mais sur le Terrain…
Parce que nous autres on est les techniciens, les larbins de la création… « Les Boueux », comme ils disent en haut lieu. Siècle après siècle on patauge dans ces eaux crapoteuses. Et chaque fois qu’on prend possession d’un corps ici-bas, on en paie le prix : coups de chaud, coups de froid, coups de pompe, coups de blues, coups de foudre, toute la chimie humaine s’impose à nous… Alors forcément, il arrive qu’on gaffe.
Or notre récente bourde risque de coûter cher. Si on ne la rattrape pas très vite, l’humanité va droit dans le mur…
Adieu, triple A.
Adieu, Homo Sapiens.
Et bonjour les sanctions.

Avec L’Effet coccinelle, Yann Bécu développe une idée vertigineuse… Si une « preuve divine » était publiée, aussi éblouissante soit-elle, il resterait tout de même une question potentiellement explosive : quelle branche de quelle religion a misé sur le bon cheval ?
Gromovar et Le Nocher des livres sont convaincus. Et vous ?
Malheureusement, les progrès de la science sont souvent comme une hache dans les mains d’un criminel pathologique - Albert Einstein
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement - Bouddha

Répondre