Prix Planète SF 2021 : un premier titre pour la short list

Sous-forum dédié aux livres éligibles pour le Prix du Planète-SF
Répondre
Avatar du membre
Lune
Licornosaure
Messages : 4646
Enregistré le : 29 août 2013, 09:29
Localisation : Breizh
Contact :

Prix Planète SF 2021 : un premier titre pour la short list

Message par Lune » 16 juin 2021, 09:55

Image

Tout d’abord, merci à toutes et à tous pour vos votes, Nous avons ressenti votre dynamisme et votre plaisir à lire, et avons vibré sur les retournements de situation 😀

Le vote des forumeuses et forumeurs s’est terminé sur une égalité de points, comme l’année passée !

Un Long voyage de Claire Duvivier et Émissaires des morts d’Adam-Troy Castro ont eu les faveurs des blogueuses et blogueurs, à égalité de points.

Suivant la méthode inscrite au règlement, le départage s’est fait sur le nombre de fois où les titres étaient cités en première, puis seconde position.

C’est donc Un Long voyage de Claire Duvivier, publié Aux Forges de Vulcain, qui intègre le premier la short list du Prix Planète SF 2021 !

Ce choix collectif maintenant connu, le cercle plus restreint des Jurés du Prix va rapidement sélectionner par un scrutin interne les trois autres livres qui composeront la short list définitive (qui sera publiée sous peu) sur laquelle le jury délibérera pour attribuer le Prix Planète-SF des Blogueurs 2021.

Les autres livres ayant obtenu des votes sont :

After d’Auriane Velten, Mnémos

Agency de William Gibson, trad. de Laurent Queyssi, Au Diable Vauvert

L’Appel des grands cors de Thibaud Latil-Nicolas, Mnémos

Au bal des absents de Catherine Dufour, Seuil

Borne de Jeff Vandermeer, trad. de Gilles Goullet, Au Diable Vauvert

Célestopol 1922 d’Emmanuel Chastellière, L’Homme sans nom

Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver de Noémie Wiorek, L’Homme sans nom

Demain et le jour d’après de Tom Sweterlitsch, trad. de Michel Pagel, Albin Michel Imaginaire

Derniers jours d’un monde oublié de Chris Vuklisevic, Folio SF

Djinn City de Saas Z. Hossain, trad. de Jean-François Le Ruyet, Agullo

En quête de Jake et autres nouvelles de China Miéville, trad. de Nathalie Mège, Fleuve

Eriophora de Peter Watts, trad. de Gilles Goullet, Le Bélial’

Expiration de Ted Chiang, trad. de Théophile Sersiron, Denoël

La Fabrique des lendemains de Rich Larson, trad. de Pierre-Paul Durastanti, Le Bélial’ & Quarante-Deux

La Fin des étiages de Gauthier Guillemin, Albin Michel Imaginaire

Galeux de Stephen Graham Jones, trad. de Mathilde Montier, La Volte

L’Héritage du rail de Morgan of Glencoe, ActuSF

L’Hiver de la sorcière de Katherine Arden, trad. de Jacques Collin, Denoël

Les Hurleuses d’Adrien Tomas, Mnémos

Kra, Dar Duchesne dans les ruines de l’Ymr de John Crowley, trad. de Patrick Couton, L’Atalante

La Machine de Katia Lanero Zamora, ActuSF

Les Maîtres Enlumineurs de Robert Jackson Bennett, trad. de Laurent Philibert-Caillat, Albin Michel Imaginaire

La Neuvième maison de Leigh Bardugo, trad. de Sébastien Guillot, De Saxus

Numérique de Marina et Sergueï Diatchenko, trad. de Denis E. Savine, L’Atalante

Quitter les monts d’Automne d’Émilie Querbalec, Albin Michel Imaginaire

Du roi je serai l’assassin de Jean-Laurent Del Socorro, ActuSF

Le Sang de la cité de Guillaume Chamanadjian, Aux Forges de Vulcain

Sept redditions d’Ada Palmer, trad. de Michelle Charrier, Le Bélial’

Sous la lumière d’Hélios de Dominique Lémuri, Armada

Un Souvenir nommé Empire d’Arkady Martine, trad. de Gilles Goullet, Nouveaux Millénaires

Thecel de Léo Henry, Folio SF

Vers les étoiles de Mary Robinette Kowal, trad. de Patrick Imbert, Denoël
Je m'échinais à me remémorer ce qui allait venir. Christopher Priest

Un Papillon dans la Lune c'est par là.

Avatar du membre
Lhisbei
Mémoire
Messages : 3988
Enregistré le : 29 août 2013, 20:48
Contact :

Re: Prix Planète SF 2021 : un premier titre pour la short list

Message par Lhisbei » 19 juin 2021, 11:18

Lune a écrit : 16 juin 2021, 09:55
Tout d’abord, merci à toutes et à tous pour vos votes, Nous avons ressenti votre dynamisme et votre plaisir à lire, et avons vibré sur les retournements de situation 😀
Vibrer, c'est le mot. Quel suspens de ouf :!:
Malheureusement, les progrès de la science sont souvent comme une hache dans les mains d’un criminel pathologique - Albert Einstein
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement - Bouddha

Répondre