#PSF2020 - L'enfer des vers

Pour discuter de vos lectures
Répondre
Avatar du membre
Le chien critique
Dompteur de Xénomorphes
Messages : 281
Enregistré le : 13 novembre 2017, 16:12
Contact :

#PSF2020 - L'enfer des vers

Message par Le chien critique » 14 janvier 2020, 10:51

Image
Jean-Christophe Gapdy, Rivière blanche, 2020, 350 p., 23€ papier


Présentation de l'éditeur :
Les Gueules des Vers vous ont laissé, comme Dick Hanson, anéanti, incrédule et à peine capable de reprendre pied dans notre monde. L’Espace, le Temps et l’Univers entier se sont ligués pour vous mener, avec lui, dans une course folle où vous vous interrogiez sans cesse pour savoir où et quand vous étiez, une course durant laquelle vous vous demandiez si Mirus, SysSol et tant d’autres choses existaient réellement…
Vous n’avez pas encore lu ces Gueules des vers ? Alors STOP ! Ne faites plus un pas, reculez dans le temps et ne revenez qu’après les avoir découvertes. Si, au contraire, ayant survécu, ces questions vous taraudent encore, si vous n’avez pas peur de croiser Anaïs Lys et Damienzo, de suivre de nouveau Colorado, Dick et Yessica, si aucune angoisse ou frayeur ne vous fait reculer, peut-être parviendrez-vous, comme eux, à vous frayer un chemin à travers ces Singularités avec le ferme espoir de ressortir vivant – et surtout en ayant conservé votre santé mentale – de L'ENFER DES VERS...

Mon ressenti :
Il y a un an et demi, je faisais la connaissance avec le premier roman d'un jeune auteur, Jean Christophe Gapdy et ses gueules des vers, un premier tome plein d'ambition avec une trame temporelle fourbe due à des trous de vers. L'enfer des vers vient clore ce diptyque.
L'intrigue est toujours aussi complexe, entre trames temporelles multiples, des doubles, des clones et ces fameux trous de vers aux propriétés stupéfiantes. Les univers multiples sont aussi de la partie de même que l'espace temps.
Bref, un space opera ambitieux qui n'a rien a envié à nombre d'auteurs anglo-saxons.

Plus de détails

Répondre