#PSF2020 - L’Ombre des arches de Vincent Mondiot

Pour discuter de vos lectures
Répondre
Avatar du membre
Lhisbei
Mémoire
Messages : 3656
Enregistré le : 29 août 2013, 20:48
Contact :

#PSF2020 - L’Ombre des arches de Vincent Mondiot

Message par Lhisbei » 05 janvier 2020, 21:46

L’Ombre des arches de Vincent Mondiot est paru chez Mnémos en novembre 2019.

Image
Elsy et Elodianne sont deux amies d’enfance. L’une est mercenaire,rompue aux bagarres de rue et aux affaires retorses ; l’autre est une mage du gouvernement, au coeur des intrigues politiques du Palais central.Envoyée en mission diplomatique dans la lointaine province d’Aurterre avec Elsy pour garde du corps, Elodianne y voit une opportunité pour sa carrière mais aussi une occasion de décompresser. Pourtant, ce voyage prendra une dimension qu’aucune des deux femmes n’aurait osé cauchemarder. De cité en cité, entre ports resplendissants et villes industrielles chargées de poussière, Elsy et Élodianne écriront malgré elles une page cruciale de l’histoire de l’État des Arches, qui pourrait commencer par À l’aube de la révolution…

Avec un style rythmé, l’auteur nous emmène dans un périple haletant à travers un monde aux mille nuances, somptueusement construit. Il mêle aventures débridées,récit profond et passionnant à des intrigues politiques sur fond de relations humaines tragiques. Vincent Mondiot s’inscrit ici comme une des voix majeures de la fantasy à la française, rugueuse et épique.
L'avis de l'Ours inculte. D'autres avis ?
Malheureusement, les progrès de la science sont souvent comme une hache dans les mains d’un criminel pathologique - Albert Einstein
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement - Bouddha

Avatar du membre
Hoël
Bibliothèque ambulante
Messages : 670
Enregistré le : 16 avril 2015, 17:04
Localisation : Great North

Re: #PSF2020 - L’Ombre des arches de Vincent Mondiot

Message par Hoël » 06 janvier 2020, 11:07

Je l'ai lu il y a peu, c'est de la Fantasy horrifique bien fichue avec beaucoup d'humour, deux héroïnes badass (dont une qui fait preuve d'une grande inventivité pour les insultes à tout-va), l'univers évoqué dans le volume précédent se précise beaucoup et laisse deviner une fin apocalyptique pour le dernier volume. A noter l'illustration de couverture par Qistina Khalidah une artiste malaisienne qui avait déjà illustré le volume précédent ainsi que La crécerelle dans la même collection, son boulot est de toute beauté.
Tout est dans tout et réciproquement.

Répondre