#PSF2019 - Les heures rouges - Leni Zumas

Pour discuter de vos lectures
Répondre
Avatar du membre
yogo
Empereur Padishah
Messages : 1036
Enregistré le : 01 septembre 2013, 19:45
Contact :

#PSF2019 - Les heures rouges - Leni Zumas

Message par yogo » 10 janvier 2019, 21:24

Image
États-Unis. Avortement interdit, adoption et PMA pour les femmes seules sur le point de l’être aussi. Non loin de Salem, Oregon, dans un petit village de pêcheurs, quatre femmes voient leurs destins se lier à l’aube de cette nouvelle ère. Ro, professeur célibataire de quarante-deux ans, tente de concevoir un enfant et d’écrire la biographie d’Eivor, exploratrice islandaise du XIXe. Des enfants, Susan en a, mais elle est lasse de sa vie de mère au foyer – de son renoncement à une carrière d’avocate, des jours qui passent et se ressemblent. Mattie, la meilleure élève de Ro, n’a pas peur de l’avenir : elle sera scientifique. Par curiosité, elle se laisse déshabiller à l’arrière d’une voiture. Et Gin, la guérisseuse au passé meurtri, la marginale à laquelle les hommes ont décidé de tenir un procès en sorcellerie parce qu’elle a voulu aider les femmes.

Il y a du Virginia Woolf et du Margaret Atwood dans le récit polyphonique qui émane de ce chœur de femmes. Il y a de la colère dans le traitement d’un sujet si tristement prophétique. Il y a beaucoup d’ironie dans les instantanés de cette petite ville américaine empêtrée dans ses tabous et ses préjugés. Mais il y a surtout de l’espoir, et une foi immense dans les ressources de chacune pour s’affranchir de sa condition. Un grand roman, âpre et lumineux.

« Drôle, mordant, poétique, politique, alarmant, inspirant, Les Heures rouges révolutionne la fiction de notre époque. » Maggie Nelson (Les Argonautes).
Mouais

Avatar du membre
Lhisbei
Mémoire
Messages : 3524
Enregistré le : 29 août 2013, 20:48
Contact :

Re: #PSF2019 - Les heures rouges - Leni Zumas

Message par Lhisbei » 10 janvier 2019, 22:13

Et merci pour l'ouverture du fil !
Malheureusement, les progrès de la science sont souvent comme une hache dans les mains d’un criminel pathologique - Albert Einstein
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement - Bouddha

Répondre