Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Pour discuter de vos lectures
Avatar du membre
Aldaran
Neuromancien
Messages : 208
Enregistré le : 23 juin 2018, 15:17

Re: Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Message par Aldaran » 24 août 2019, 13:03

Ah !
C'est bien d'avoir déplacé le sujet. Merci.
Le sujet m'intéresse et j'aime comprendre les choses donc je discute.
Baroona a écrit :
24 août 2019, 01:51
Parce que les gens aiment se plaindre, et encore plus avec Internet où chacun peut le faire très facilement. Et l'autre fait d'Internet, mais pas que, c'est que les gens pas contents passeront toujours plus de temps à rabacher qu'ils ne sont pas contents que le temps que passeront les gens contents à dire qu'ils le sont - si déjà ils prennent le temps de le dire.
Du coup pour moi ta vision de "tout le monde se plaint" est fortement biaisée car elle ne se base que sur un ressenti de forums : ça me parait évident que sur un tel échantillon, et en plus sur un tel sujet, tu verras bien plus facilement les mécontents.
Je ne sais pas comment tu parviens à en connaître autant sur mon ressenti et savoir sur quoi il se base. Quelle que soit la méthode, elle t’amène à une conclusion erronée. Pour ce qui me concerne, hein, je ne sais pas comment fonctionnent les autres...

Internet n'est pas ma seule fenêtre sur le monde ni mon unique moyen de communication. Il m'arrive parfois de sortir de ma grotte et de croiser des personnes qui partagent le même intérêt que moi pour la SF. Je n'ai pas dit que tout le monde se plaignait, j'ai dit que beaucoup de monde le faisait et bien plus qu'il y a quelques années.
Si le sens critique est à mon sens une bonne chose, toute forme de systématisme me paraît suspecte.
Herbefol a écrit :
24 août 2019, 09:32
Baroona a écrit :
24 août 2019, 01:51
Il y a bien des éditeurs qui divulgachent en quatrième de couverture, ne relisent pas leurs livres ou font passer des tomes 1 pour des one-shots, alors bon, la confiance aveugle et la logique des éditeurs...
Pas mieux, j'ai une confiance très limitée dans les éditeurs, en particulier concernant les 4e de couverture que je lis rarement (sauf si je sais que je ne lirai pas l'ouvrage). Et généralement je lis les préface après (sauf celles de Klein que je ne lis pas du tout, vu qu'il lui est arrivé de dévoiler la suite de la série ou d'autres bouquins).
yogo a écrit :
24 août 2019, 10:30
Sinon, la préface/postface de tel ou tel auteur est avant tout un instrument marketing. Cela ne fait pas du roman un bon livre et j'aurais tendance à penser le contraire. On veut me vendre un livre de Monsieur/Madame X parce qu'il y a une pré.postface de l'auteur.rice Y dedans !
Je suis d'accord, le boulot des éditeurs n'est pas toujours réussi et la confiance aveugle n'a jamais été une bonne option.
J'aime néanmoins faire une distinction entre « éditeur » et « directeur de collection », il me semble qu'elle est des plus importantes.

Pour ceux qui ne lisent pas les quatrièmes de couvertures : comment faites-vous pour savoir qu'un livre peut vous intéresser ?

Pour ce qui est de l'argument commercial, je pourrais être d'accord. Mais tout le livre est un argument commercial, non ? Je veux dire que si le bouquin existe, c'est parce que quelqu'un veut le vendre.

Mon côté licornien me pousse néanmoins à penser que les éditeurs ne sont pas de méchants bandits qui cherchent avant tout à arnaquer les lecteurs. Si cela peut arriver, à mes yeux, ça n'en fait pas une règle générale. Et j'aime croire que le paratexte n'est pas un « argument commercial » comme vous l'entendez mais une tentative de partager davantage de choses autour d'un texte. Une manière de transmettre quelque chose. Ce qui provoque diverses opinions, des discussions et quelques désaccords, ce qui est souvent le cas dans les interactions humaines.
Black Shadow a écrit :
24 août 2019, 11:29
Concernant les quatrièmes de couverture (ou plutôt les résumés sur la jaquette dans ce cas précis) j'avais eu une mauvaise surprise avec un Stephen King grand format des années 1980 ou 1990, je ne sais plus lequel. Ce devait être un France Loisirs ou Albin Michel, avec un petit texte sur la jaquette à l'intérieur qui dévoilait un peu trop l'histoire. Dans ce cas-là je repousse la lecture, je lis autre chose à la place pour essayer d'oublier ce que je n'aurais pas voulu savoir.
Je procède exactement de la même façon. Et le nombre de bouquins en attente de lecture me laisse largement le temps d'oublier un truc dans ces cas-là.
Modifié en dernier par Aldaran le 25 août 2019, 17:06, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Black Shadow
Ectoplasme
Messages : 22
Enregistré le : 24 juillet 2019, 19:40

Re: Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Message par Black Shadow » 24 août 2019, 14:05

Aldaran a écrit :
24 août 2019, 13:03
Pour ceux qui ne lisent pas les quatrièmes de couvertures : comment faites-vous pour savoir qu'un livre peut vous intéresser ?
Je vais essayer de répondre vu que je ne les lis pas toujours. Ce serait plutôt dans le cas où j'arrive dans le rayon, je découvre un livre et je le prends sans avoir lu la quatrième de couverture, ou ça peut aussi inclure les cas où j'ai pu avoir d'autres infos, par exemple en allant sur internet ? Plutôt le premier, non ?

Avatar du membre
Hoël
Bibliothèque ambulante
Messages : 707
Enregistré le : 16 avril 2015, 17:04
Localisation : Great North

Re: Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Message par Hoël » 24 août 2019, 15:35

Baroona a écrit :
23 août 2019, 18:15


(Oh, et divulgachage : on entend toujours beaucoup plus les gens qui ne sont pas contents.)
Je rappelle à toutes fins utiles que tout ceci est parti d'une déclaration des éditions P.d.F. qui tapaient sur les trad. des petits camarades en se rengorgeant au passage de la qualité des leurs...
Tout est dans tout et réciproquement.

Avatar du membre
Aldaran
Neuromancien
Messages : 208
Enregistré le : 23 juin 2018, 15:17

Re: Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Message par Aldaran » 24 août 2019, 15:57

Black Shadow a écrit :
24 août 2019, 14:05
Aldaran a écrit :
24 août 2019, 13:03
Pour ceux qui ne lisent pas les quatrièmes de couvertures : comment faites-vous pour savoir qu'un livre peut vous intéresser ?
Je vais essayer de répondre vu que je ne les lis pas toujours. Ce serait plutôt dans le cas où j'arrive dans le rayon, je découvre un livre et je le prends sans avoir lu la quatrième de couverture, ou ça peut aussi inclure les cas où j'ai pu avoir d'autres infos, par exemple en allant sur internet ? Plutôt le premier, non ?
Ben... À moins de choisir ses bouquins au pifomètre (ou au pendule, ce que j'ai vu faire alors que je travaillais à la fnac, je n'oublierai jamais cette vision), il faut bien que quelque chose déclenche l'envie de lire.
On peut aussi être séduit par une couverture, c'est néanmoins une méthode étrange selon moi. Ou sur la bonne foi en un éditeur, ce qui est tout aussi étrange.
Ce qu'on trouve sur le net, logiquement, si on ne veut pas que le sujet soit dévoilé, ne devrait pas être lu puisque les éléments viennent de la communication de l'éditeur à laquelle s'ajoutent les impressions de lectures qui en disent encore plus sur le bouquin.
De mon côté, je ne crains pas ces révélations.
Coïncidence avec cette discussion, je viens de découvrir une raison sérieuse de découvrir Dmitry Glukhovsky dont la série Métro ne m'avait jusqu'ici jamais tenté. C'est en écoutant ce long entretien avec cet auteur (attention : près d'une heure de divulgâchage) qui m'a fait changer d'avis.

Avatar du membre
Black Shadow
Ectoplasme
Messages : 22
Enregistré le : 24 juillet 2019, 19:40

Re: Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Message par Black Shadow » 24 août 2019, 16:33

Aldaran a écrit :
24 août 2019, 15:57
Black Shadow a écrit :
24 août 2019, 14:05
Aldaran a écrit :
24 août 2019, 13:03
Pour ceux qui ne lisent pas les quatrièmes de couvertures : comment faites-vous pour savoir qu'un livre peut vous intéresser ?
Je vais essayer de répondre vu que je ne les lis pas toujours. Ce serait plutôt dans le cas où j'arrive dans le rayon, je découvre un livre et je le prends sans avoir lu la quatrième de couverture, ou ça peut aussi inclure les cas où j'ai pu avoir d'autres infos, par exemple en allant sur internet ? Plutôt le premier, non ?
Ben... À moins de choisir ses bouquins au pifomètre (ou au pendule, ce que j'ai vu faire alors que je travaillais à la fnac, je n'oublierai jamais cette vision), il faut bien que quelque chose déclenche l'envie de lire.
On peut aussi être séduit par une couverture, c'est néanmoins une méthode étrange selon moi. Ou sur la bonne foi en un éditeur, ce qui est tout aussi étrange.
Ce qu'on trouve sur le net, logiquement, si on ne veut pas que le sujet soit dévoilé, ne devrait pas être lu puisque les éléments viennent de la communication de l'éditeur à laquelle s'ajoutent les impressions de lectures qui en disent encore plus sur le bouquin.
De mon côté, je ne crains pas ces révélations.
Coïncidence avec cette discussion, je viens de découvrir une raison sérieuse de découvrir Dmitry Glukhovsky dont la série Métro ne m'avait jusqu'ici jamais tenté. C'est en écoutant ce long entretien avec cet auteur (attention : près d'une heure de divulgâchage) qui m'a fait changer d'avis.
Dans mon cas l'achat d'un livre sans n'avoir rien lu dessus avant ça peut venir de l'auteur. Je peux me dire "ah tiens, c'est le dernier d'un tel" et comme j'avais déjà lu cet auteur et que ça m'avait plu, je prends. Mais c'est quand même bien rare, généralement je me renseigne toujours avant de faire un choix, notamment en faisant des recherches sur internet ou en suivant les conseils d'autres lecteurs (ce n'est pas à toi que je vais l'apprendre... :) ).

Que ce soit pour Metro, Sorceleur ou Stalker (par exemple), je serais curieux de savoir dans quelles proportions les lecteurs les ont achetés après avoir joué à leurs adaptations vidéoludiques, même si ça me paraît impossible à évaluer. C'est comme ça que j'ai découvert les frères Strougatski il y a des années.

Avatar du membre
yogo
Empereur Padishah
Messages : 1154
Enregistré le : 01 septembre 2013, 19:45
Contact :

Re: Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Message par yogo » 24 août 2019, 20:26

Aldaran a écrit :
24 août 2019, 13:03
Pour ceux qui ne lisent pas les quatrièmes de couvertures : comment faites-vous pour savoir qu'un livre peut vous intéresser ?
Pas plusieurs biais :

- L'auteur.trice est connu.e (Priest, Walton...)
- La maison d'édition est connue (AMI, Le Bélial...)
- Les blogs que l'on suit et avec qui on a des affinités. Si ils disent c'est bon pour moi ça sera bon pour toi, le taux de réussite est plutôt élevé. (Lune, Le Chien Critique, Lorhkan...)
- Tweeter et/ou Facebook (Audrey Burki qui a dit sur tweeter La Mer monte est excellent, c'est excellent !)
- Un article à la radio, à la TV, dans la presse ca marche aussi (Un article sur Vox de Christina Dalcher et je le lis, je me régale !)
- Sur Goodreads la VO bien noté avec de nombreuses notes. Ca peut le faire. (Aurora de KSR 3,8 avec 17 000 votes)
- Sur Babelio et Livraddict pour les VF (Les 7 morts d'Evelyn Hardcastle)
- Le genre ou les thèmes abordés (Olivier Paquet et son prochain roman sur les IA, ca m'a suffit !)
- Le titre ou la couverture ce qui s'apparente à la roulette, les résultats sont moins bons ! (Derniers mètres jusqu'au cimetière un thriller le titre etant la seule chose bonne dans le livre !
- Les incontournables [anatèm], Diaspora, le Ada Palmer...

Souvent un mix de tout çà.

Et aussi en lisant la 4ème de couv' mais franchement c'est pas le plus efficace. :mrgreen:

Avatar du membre
Aldaran
Neuromancien
Messages : 208
Enregistré le : 23 juin 2018, 15:17

Re: Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Message par Aldaran » 24 août 2019, 21:47

Oué, tout le monde fait un peu pareil, donc.
Faut bien trouver matière à creuser quand ça semble intéressant, au risque (pas bien grand) d'en apprendre trop.
De toutes ces sources, finalement, la quatrième de couverture est peut-être celle qui divulgue le moins de choses...

Avatar du membre
yogo
Empereur Padishah
Messages : 1154
Enregistré le : 01 septembre 2013, 19:45
Contact :

Re: Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Message par yogo » 24 août 2019, 23:35

Aldaran a écrit :
24 août 2019, 21:47
Oué, tout le monde fait un peu pareil, donc.
Faut bien trouver matière à creuser quand ça semble intéressant, au risque (pas bien grand) d'en apprendre trop.
De toutes ces sources, finalement, la quatrième de couverture est peut-être celle qui divulgue le moins de choses...
De toutes ces sources, finalement, la quatrième de couverture est probablement celle qui divulgue le plus de choses... ca dépend des éditeurs mais Actes Sud est le roi du spoil (Le problème à trois corps est l'exemple le plus marquant avec en quatrième de couv' des éléments des 100 dernières pages du roman !

Après, certains blogueurs qui font de très fines et longues analyses divulgâchent pas mal aussi. C'est pour ça que je ne lis leur billet qu'après le livre. Je le considère comme les "préfaçeurs" non autorisés :lol:

Sinon écrire une quatrième de couv' est surement très difficile. Comment donner envie, parler du livre, sans rien dévoiler tout en disant le maximum pour attirer le lecteur ?

Avatar du membre
Lune
Licornosaure
Messages : 4545
Enregistré le : 29 août 2013, 09:29
Localisation : Breizh
Contact :

Re: Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Message par Lune » 25 août 2019, 16:00

yogo a écrit :
24 août 2019, 10:30
Sinon, la préface/postface de tel ou tel auteur est avant tout un instrument marketing. Cela ne fait pas du roman un bon livre et j'aurais tendance à penser le contraire. On veut me vendre un livre de Monsieur/Madame X parce qu'il y a une pré.postface de l'auteur.rice Y dedans !
Alors parfois oui et parfois non (tu sens mon origine normande là 😂)

L'exemple qui me vient : dans Underground airlines de Winters, Bertrand Campeis signe la postface, ne me dis pas que c'est marketing. La remise en contexte est hyper intéressante et c'est généralement ce que j'attends d'une postface (loin de la "branlette" risible qu'est la postface de Bonheur TM, clairement ✌)
Je m'échinais à me remémorer ce qui allait venir. Christopher Priest

Un Papillon dans la Lune c'est par là.

Avatar du membre
Vert
Empereur Padishah
Messages : 1551
Enregistré le : 04 septembre 2013, 13:46
Contact :

Re: Préfaces, postfaces, glossaires, et autres considérations éditoriales

Message par Vert » 27 août 2019, 21:56

Pour apporter ma petite contribution, je suis aussi dans la catégorie qui préfère les postfaces aux préfaces parce que trop souvent ça oriente ma lecture (et je suis bien trop disciplinée pour la lire après, j'aime faire les choses dans l'ordre :D).
L'exemple le plus récent que j'ai en tête est la préface de L'épée brisée par Moorcock qui partait dans de grandes comparaisons avec le Seigneur des Anneaux, du coup je n'ai vu que ça pendant la lecture (alors que le texte n'en avait pas besoin).

A l'inverse il y a aussi de très bonnes préfaces. J'aime beaucoup les préfaces de Gaiman à ses recueils de nouvelles parce qu'il y présente ses textes, du coup en général je mets un marque-pages et j'alterne entre la nouvelle et sa présentation. Et puis en général il cache une nouvelle dedans le filou :mrgreen:.

Et je préfère les notes de bas de page aux renvois en fin d'ouvrage en général. Après c'est un vrai boulot de faire de bonnes notes de bas de page. D'ailleurs y'a des sytèmes très différents pour chaque tome de l'Histoire de la Terre du Milieu et selon ça rend la lecture super agréable ou carrément désagréable.

Sinon je lis de moins en moins les 4e de couverture parce que je m'approvisionne souvent en suivant les recommandations des blogopotes (plus les auteurs que j'aime bien et que je suis). Je les lisais beaucoup plus quand je fréquentais plus les bibliothèques et moins les blogs (oui les copains vous avez tué ma spontanéité dans mes choix de lecture mais je vous aime quand même :P).

Répondre