#PSF2020 - Trois hourras pour lady Évangeline de Jean-Claude Dunyach

Pour discuter de vos lectures
Répondre
Avatar du membre
Lhisbei
Mémoire
Messages : 3629
Enregistré le : 29 août 2013, 20:48
Contact :

#PSF2020 - Trois hourras pour lady Évangeline de Jean-Claude Dunyach

Message par Lhisbei » 24 juin 2019, 21:00

Trois hourras pour lady Évangeline de Jean-Claude Dunyach est sorti en juin aux éditions L'Atalante

Image
« Le Temps Incertain était l’un des plus puissants bâtiments militaires de sa catégorie. Il mit quatorze heures à mourir.
Au voisinage d’Esméralda, les rides de l’espace-Tau annoncèrent sa venue et froissèrent temporairement l’espace local. Si un quelconque caillou errant avait été assez gros pour endommager le vaisseau, il aurait été repoussé hors de portée.
Mais ce qui se tenait là était trop minuscule pour être affecté.
Du moins au début. »

Évangeline, jeune fille de bonne famille à la conduite dévergondée, est envoyée par son père diplomate sur un planétoïde école. Mais une étrange population d’insectes en prend le contrôle. Seule Évangeline en réchappe, au prix d’une métamorphose qui la terrifie.
Cependant, à quatorze sauts-Tau de là, le bâtiment de son père est confronté à un ennemi terrifiant : un nuage de particules intelligentes dévore littéralement les vaisseaux et les colonies humaines.
Pour survivre, Évangeline et son père vont devoir accepter leurs différences et unir leurs forces. Si c’est encore possible.
Qui l'a lu ou va le lire ?

(j'en connais au moins un mais il n'est pas inscrit sur le forum)
Malheureusement, les progrès de la science sont souvent comme une hache dans les mains d’un criminel pathologique - Albert Einstein
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement - Bouddha

FeydRautha
Initié
Messages : 88
Enregistré le : 01 mars 2018, 21:18
Contact :

Re: #PSF2020 - Trois hourras pour lady Évangeline de Jean-Claude Dunyach

Message par FeydRautha » 25 juin 2019, 16:05

Je vais le lire pour Bifrost.

Avatar du membre
gepe
Neuromancien
Messages : 124
Enregistré le : 14 avril 2019, 12:42
Localisation : Lille
Contact :

Re: #PSF2020 - Trois hourras pour lady Évangeline de Jean-Claude Dunyach

Message par gepe » 25 juin 2019, 16:29

moi je pense le lire très bientôt
“Un lecteur vit un milliers de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une.”
Georges R.R. Martin
« La bonne science-fiction est meilleure que n’importe quelle mauvaise science » Sir Martin Rees, baron Rees of Ludlow

Avatar du membre
gepe
Neuromancien
Messages : 124
Enregistré le : 14 avril 2019, 12:42
Localisation : Lille
Contact :

Re: #PSF2020 - Trois hourras pour lady Évangeline de Jean-Claude Dunyach

Message par gepe » 30 juin 2019, 21:24

Écrire un roman en 240 pages de qualité, les pages se tournent toutes seules, quand c'est court et efficace que j'y prend du plaisir c'est 10/10 pour moi Mon Post-it:D :D
“Un lecteur vit un milliers de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une.”
Georges R.R. Martin
« La bonne science-fiction est meilleure que n’importe quelle mauvaise science » Sir Martin Rees, baron Rees of Ludlow

Avatar du membre
Lune
Licornosaure
Messages : 4515
Enregistré le : 29 août 2013, 09:29
Localisation : Breizh
Contact :

Re: #PSF2020 - Trois hourras pour lady Évangeline de Jean-Claude Dunyach

Message par Lune » 02 juillet 2019, 21:01

ça fait plusieurs fois que j'en lis du bien dites donc
Je m'échinais à me remémorer ce qui allait venir. Christopher Priest

Un Papillon dans la Lune c'est par là.

Avatar du membre
Phenix
Bibliothèque ambulante
Messages : 674
Enregistré le : 01 septembre 2013, 17:58
Localisation : Lyon
Contact :

Re: #PSF2020 - Trois hourras pour lady Évangeline de Jean-Claude Dunyach

Message par Phenix » 02 juillet 2019, 22:07

J'ai lu la nouvelle du même nom dans Bifrost. C'était assez plaisant.

Avatar du membre
Hoël
Bibliothèque ambulante
Messages : 639
Enregistré le : 16 avril 2015, 17:04
Localisation : Great North

Re: #PSF2020 - Trois hourras pour lady Évangeline de Jean-Claude Dunyach

Message par Hoël » 16 juillet 2019, 19:01

C'est très bien, l'héroïne est originale (dans tous les sens du terme), l'intrigue progresse sans cesse avec des va-et-vient entre le posthumanisme et des retours à l'humanité, une sensualité omniprésente qui ne rechigne pas à évoquer des excrétions des plus répugnantes (mais sans que ce soit gratuit, au contraire), et puis des mystères qui ne se dévoilent pas totalement, en particulier pour ce qui concerne les deux entités E.T., bref, comme le disait Gepe, 240 P. qui se dévorent.
Tout est dans tout et réciproquement.

Répondre