#PSF2020 Mémoires d'Outre-Mort de Christopher Buehlman

Pour discuter de vos lectures
Répondre
Avatar du membre
Lune
Licornosaure
Messages : 4417
Enregistré le : 29 août 2013, 09:29
Localisation : Breizh
Contact :

#PSF2020 Mémoires d'Outre-Mort de Christopher Buehlman

Message par Lune » 13 avril 2019, 15:49

Image

1978. Si New York est une ville sale et dangereuse pour les vivants, Joey Peacock, vampire aux traits éternellement jeunes, y voit toujours un magnifique terrain de chasse. La nuit tombée, du fameux Studio 54 aux appartements du Village en passant par le CBGB cher aux punks, il écume Manhattan en quête d’une artère compatissante. Première des règles : charmer la proie, ne jamais la tuer. Quand vient l’aube, Joey rejoint dans une station de métro désaffectée ses frères et soeurs de sang, parmi lesquels Cvetko le Slovène philosophe, Billy Bang le fou de free jazz et, bien sûr, la patronne, Margaret, qui administre son territoire d’une main de fer. Jusqu’au jour où de nouveaux arrivants menacent la survie de la petite communauté : des enfants aux yeux brillants et aux longues canines, redoutables tueurs dont les besoins semblent sans limite…

Malgré la couverture moche, ce roman est Gromovar approved, et moi aussi j'aime beaucoup Buehlman.

Je suis en train de le lire, et ça coule tout seul ! Certains sont tentés ?
Je m'échinais à me remémorer ce qui allait venir. Christopher Priest

Un Papillon dans la Lune c'est par là.

Avatar du membre
Lune
Licornosaure
Messages : 4417
Enregistré le : 29 août 2013, 09:29
Localisation : Breizh
Contact :

Re: #PSF2020 Mémoires d'Outre-Mort de Christopher Buehlman

Message par Lune » 22 avril 2019, 22:39

Mon avis du coup !
Je m'échinais à me remémorer ce qui allait venir. Christopher Priest

Un Papillon dans la Lune c'est par là.

Avatar du membre
Lhisbei
Mémoire
Messages : 3537
Enregistré le : 29 août 2013, 20:48
Contact :

Re: #PSF2020 Mémoires d'Outre-Mort de Christopher Buehlman

Message par Lhisbei » 22 juin 2019, 20:44

Modification du tag : #PSF2020
Malheureusement, les progrès de la science sont souvent comme une hache dans les mains d’un criminel pathologique - Albert Einstein
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement - Bouddha

Répondre