#PSF2019 La reine du Diable Rouge - Jean-Christophe Gapdy

Pour discuter de vos lectures
Répondre
Avatar du membre
Le chien critique
Dompteur de Xénomorphes
Messages : 279
Enregistré le : 13 novembre 2017, 16:12
Contact :

#PSF2019 La reine du Diable Rouge - Jean-Christophe Gapdy

Message par Le chien critique » 18 février 2019, 09:22

Image
Jean-Christophe Gapdy, 2019, Pulp-factory, 204 p., 14€ papier

Présentation de l'éditeur :
Gerulf, l’androïde, est le précepteur de Thomas. Lorsque le jeune garçon est enlevé, face à la lenteur des polices terrestres et malgré le peu d’indices dont il dispose, il se lance à sa recherche. Au cours de ses investigations, il découvrira une autre disparition qui lui semble inexplicablement liée : celle d’une jeune femme sur Mars.
Avec ténacité et pugnacité, il va enquêter, ce qui le conduira dans des situations de plus en plus périlleuses où se croisent intelligences artificielles, pirates et bellicistes des forces spatiales. Et, surtout, il fera la connaissance du Diable Rouge et de sa fascinante Reine.

Mon ressenti :
Vous adorez les polars avec leurs enquêtes policières retorses et machiavéliques, mais ce qui vous fait vibrer, c'est le bon vieux space opera avec vaisseaux, IA et pirates de l'espace. Jean Christophe Gapdy a pensé à vous en alliant les deux.
Un roman qui allie les codes du polar et du space opera pour nous offrir un moment de lecture distrayant, à la gouaille joyeuse et intelligente. On y parle IA, androïde, banque de données, vaisseaux et pirates de l'espace.
Ce que je reproche souvent dans les polars-thriller SF, c'est souvent d'utiliser un décor SF sans que ce dernier ne serve l'histoire. Ici, tout se passe dans l'univers de SysSol (développé pleinement dans pour un autre de ses romans, Les gueules des vers), où le système solaire a été colonisé. Les technologies ont fait un bon en avant, les IA, androïdes et humains sont, presque, devenus égaux. Ce monde futuriste n'est pas là que pour le décorum, c'est un des éléments de l'histoire. Sans certaines technologies, impossible de résoudre l'enquête. En outre, le précepteur Gerulf a un atout de taille, c'est un androïde à l'IA sur-développée.
JC Gapdy est un jeune vieux auteur, je le suis depuis son premier recueil (Aliens, Vaisseau et Cie). Il sait construire une intrigue, à le sens du merveilleux et développe un univers immense qui s'étoffe au fil des parutions, tel un Laurent Genefort. Si vous ne voulez pas passer a côté du nouvel auteur qui monte, vous savez ce qu'il vous reste à faire...

Répondre