Carbone modifié - Richard Morgan

Pour discuter de vos lectures

Carbone modifié - Richard Morgan

Message par Le chien critique » 22 Mars 2018, 11:54

Image

Richard Morgan, Bragelonne, 2018 (parution originale 2002), 576p., 6€ epub sans DRM

A une époque pas si lointaine, certains se demandaient si les indiens avaient une âme. Au 26ème siècle, la question serait plutôt de savoir où elle se situe. Question cruciale lorsque la technologie permet de transférer son identité à travers différents clones.

Présentation de l'éditeur :
Dans un avenir pas si lointain, la mort n’est plus définitive : vous pouvez sauvegarder votre conscience et vos souvenirs et les réimplanter dans un nouveau corps. De fait, pour Takeshi Kovacs, mourir n’est plus qu’un accident de parcours : il a déjà été tué plusieurs fois. C’étaient les risques du métier dans les Corps diplomatiques, les troupes d’élite du Protectorat des Nations unies expédiées à travers la galaxie. Mais cette fois, on le ramène sur Terre pour mener l’enquête : un riche magnat veut élucider sa propre mort. La police a conclu au suicide. Or, pourquoi se suicider quand on sauvegarde son esprit tous les jours, certain de revenir parmi les vivants ? Vous tenez entre vos mains le polar du futur.

Mon ressenti :
Mystère en chambre close, flic accusé (à tort ?) de corruption, histoire d'amour contrariée, pas très SF vue de cette manière. Mais enveloppait le tout de cyberpunk, de transfert d'identité, de clones, de glauque, de sexe et de violence et vous avez un thriller nerveux qui se lit d'une traite. Richard Morgan n'invente pas la poudre, mais utilise parfaitement les éléments de l'univers cyberpunk.
Sa force est de nous dévoiler peu à peu ce monde futur où l'Homme a essaimé à travers la galaxie, les intelligences artificielles peuvent être propriétaire d'immeubles. Chacun peut s'offrir des clones augmentés ou de vrais corps. C'est surtout ce point que j'ai apprécié. La prison n’existe plus, on "congèle" les corps délinquants et on sauvegarde l'esprit déviant durant une période plus ou moins longue. La société se rembourse de ses frais pénaux en prêtant ses corps-poupées. L'univers est cohérent, crédible.

Tout à chacun peut avoir un implant qui sauvegarde ses souvenirs et peut être réinjecter dans un clone ou nouveau corps. Enfin, tout cela contre argent sonnant et trébuchant. L'auteur brode sur cette idée de manière fort concluante, la société imaginée semble réel.
Si vous avez assez d'argent, la Camarde vous laisse tranquille et vous pouvez glisser sur les siècles, tels ces Maths. Alors pourquoi se suicider si on est immortel ? L'enquête sur ce suicide impossible tient en haleine, l'intrigue est noueuse, pleine de rebondissements.

Cependant, l'auteur complexifie parfois un peu trop la trame, et je me suis senti quelquefois perdu dans tous ses personnages assez binaires. Une caractérisation plus forte aurait pu éviter cet écueil. Et j'aurais aimé une réflexion plus poussée sur le clonage et l'identité. Mais cela entache peu le plaisir de lecture.

Un thriller techno nerveux, l'industrie du film ne s'y est pas trompé, elle en a tiré une série qui sera bientôt visionnée.
Des suites au roman existent : Anges déchus et Furies déchaînées, mais Carbone modifié peut se lire de manière totalement indépendante.

Critique réalisé dans le cadre d'un service de presse.
Je me demandais ce qu'ajoutait au roman la dernière édition à part le travail d'un illustrateur rendu caduque par toutes cette prose. Et bien rien. Pas de préface, postface, d'article sur l'adaptation de la série.

Le roman a reçu le prix Philip K. Dick en 2003

Lecture42 résume parfaitement le propos : Je me suis suicidé et je ne sais pas pourquoi.
Albedo s'est fait un fix-up de sensations et de SF d’envergure,
Tandis que RSF Blog ne s'est pas perdue dans une faille spatio-temporelle malgré les nombreuses innovations technologiques (et les néologismes qui vont de pair)
Le même avis sur mon blog
Avatar de l’utilisateur
Le chien critique
Neuromancien
 
Message(s) : 200
Inscription : 13 Novembre 2017, 17:12

Re: Carbone modifié - Richard Morgan

Message par Hoel » 24 Mars 2018, 15:51

Un truc amusant chez Morgan, c'est qu'aussi bien en S.F. qu'en Fantasy, aussi bien pour l'hétérosexualité que pour l'homosexualité, il traite les scènes de cul comme des scènes de combat...

En S.F., je trouve que Black Man est un cran au-dessus de la série de Takeshi.
Tout est dans tout et réciproquement.
Avatar de l’utilisateur
Hoel
Dompteur de Xénomorphes
 
Message(s) : 457
Inscription : 16 Avril 2015, 17:04
Localisation : Great North

Re: Carbone modifié - Richard Morgan

Message par SamuelZiterman » 24 Mars 2018, 16:44

Hoel a écrit :Un truc amusant chez Morgan, c'est qu'aussi bien en S.F. qu'en Fantasy, aussi bien pour l'hétérosexualité que pour l'homosexualité, il traite les scènes de cul comme des scènes de combat...


Bonne remarque. C'est vrai qu'en y repensant ces scènes sont musclées !
Avatar de l’utilisateur
SamuelZiterman
Neuromancien
 
Message(s) : 248
Inscription : 29 Décembre 2016, 13:09
Localisation : Ajac


Retour vers Littérature

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 16 invité(s)

cron