#PSF2018 - Le temps de Palanquine, de Thierry Di Rollo

Pour discuter de vos lectures
Répondre
Avatar du membre
SamuelZiterman
Neuromancien
Messages : 248
Enregistré le : 29 décembre 2016, 12:09
Skype : vs_rock
Localisation : Ajac
Contact :

#PSF2018 - Le temps de Palanquine, de Thierry Di Rollo

Message par SamuelZiterman » 24 mai 2017, 11:25

Image
Délicité, ville monstre. XXIIe siècle.
Le monde est noir et rouge.
Noir de suie.
Rouge de Palanquine.
Palanquine, immense corps céleste qui se rue sur le système solaire et promet de tout balayer sur son passage, à commencer par la Terre. Palanquine, ou le rappel de la finitude des choses, constante réaffirmation de l’inanité de la condition humaine…
Il y a Lockerbie, génie exceptionnel à l’invention non moins exceptionnelle, qui promet d’ajouter à la catastrophe annoncée.
Il y a Eleanor et John, les derniers des rectifieurs. Leur amour infrangible.
Et cette question : l’amour peut-il à lui seul sauver un monde à l’agonie ?
Ma chronique sur le dernier livre de Thierry Di Rollo, une première pour moi et j'ai plutôt était convaincu : ici

Avatar du membre
Hoel
Bibliothèque ambulante
Messages : 508
Enregistré le : 16 avril 2015, 17:04
Localisation : Great North

Re: #PSF2018 - Le temps de Palanquine, de Thierry Di Rollo

Message par Hoel » 26 mai 2017, 14:49

J'ai hésité à l'acheter hier, mais la dernière phrase de la 4ème de couverture m'a carrément refroidi.
Tout est dans tout et réciproquement.


Avatar du membre
Phenix
Bibliothèque ambulante
Messages : 643
Enregistré le : 01 septembre 2013, 17:58
Localisation : Lyon
Contact :

Re: #PSF2018 - Le temps de Palanquine, de Thierry Di Rollo

Message par Phenix » 30 août 2017, 19:10

Hoel a écrit :J'ai hésité à l'acheter hier, mais la dernière phrase de la 4ème de couverture m'a carrément refroidi.
L'histoire d'amour semble plus en retrait que dans Drift, et les personnages moins attachants.

Répondre