#PSF2017 Arslan - MJ Engh

Pour discuter de vos lectures

#PSF2017 Arslan - MJ Engh

Message par Lhisbei » 07 Octobre 2016, 21:27

Arslan de MJ Engh
Denoël Lunes d'encre.

Roman de politique fiction quadragénaire (si si).

Image
Ancien président du Turkestan, général moitié ouïghour moitié ouzbek, Arslan a conquis le monde. Pour une raison obscure, c’est dans l'insignifiante petite ville américaine de Kraftsville, Illinois, qu’il a décidé de fêter sa victoire finale.
Dès lors, le plus important n’est pas tant qu’Arslan ait conquis le monde, mais ce qu’il va faire avec. Une perspective effrayante… quand on voit les nouvelles règles qu’il impose aux habitants de Kraftsville.

Publié pour la première fois en 1976, Arslan est l’œuvre la plus connue de l'auteure américaine M.J. Engh (elle a signé un autre roman de science-fiction remarqué : Rainbow Man). Terriblement dérangeant, aujourd’hui considéré comme un classique intemporel, Arslan continue, quarante ans après sa première publication, de susciter de violentes polémiques.


L'avis de Gomovar
Malheureusement, les progrès de la science sont souvent comme une hache dans les mains d’un criminel pathologique - Albert Einstein
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement - Bouddha
Avatar de l’utilisateur
Lhisbei
Mémoire
 
Message(s) : 3021
Inscription : 29 Août 2013, 20:48

Re: #PSF2017 Arslan - MJ Engh

Message par Hoel » 09 Octobre 2016, 16:39

Assez d'accord avec Gromovar, beaucoup de finesse dans l'approche des personnages qui se révèlent tous beaucoup plus retors qu'on ne l'imaginait au premier abord...
Quelque chose qui m'a frappé, c'est le rôle des femmes dans ce livre, réduites à l'état de victimes et d'objets sexuels (moins une fonction essentielle cependant), à part une seule mais pas de spoil.
Quelques bonnes prémonitions comme le bouclier des étoiles cher à Reagan, 7 ans avant que celui-ci ne l'évoque.
Mais avant tout, il faut suspendre son incrédulité face à l'entreprise d'Arslan sur le monde car, quand on y réfléchit, il est plus facile d'imaginer comment elle échoue que son succès.
Enfin, et pour appuyer ce que dit Gromovar sur le sujet principal du livre qui est le viol, il faut avoir le coeur bien accroché pour approcher ce bouquin où la violence physique et mentale sont omniprésentes au point d'en devenir une forme de normalité très dérangeante.
Tout est dans tout et réciproquement.
Avatar de l’utilisateur
Hoel
Dompteur de Xénomorphes
 
Message(s) : 325
Inscription : 16 Avril 2015, 17:04
Localisation : Great North


Retour vers Littérature

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Cedric Jeanneret et 1 invité