Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Pour discuter de vos lectures
Répondre
Avatar du membre
Cedric Jeanneret
Grand Archiviste
Messages : 1608
Enregistré le : 31 août 2013, 17:35
Contact :

Re: Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Message par Cedric Jeanneret » 26 octobre 2016, 13:20

Je dois dire que sur ce coup là je suis très très pragmatique (et peut-être un peu cynique), l'impacte pour les librairies cela m'est un peu égal.

Mais bon c'est vu depuis la Suisse où les libraires / éditeurs s'engraisse sur le dos des lecteurs-acheteurs depuis des années (en pratiquant un "taux de change" usurier pour fixer les prix de livre). Et cela fait des années que le fameux "conseil du libraire" et bien je ne le vois plus trop.

Il y aurait une librairie spécialisée SF près de chez moi j'irais sans doute, mais là pour le coup....
Reflets de mes lectures, mon blog
Coliopod : le podcast de l'imaginaire
The novel walks into a bar followed by the novella.
The bartender says, "What's with the new guy?"
The novel says, "it's a long story."

Avatar du membre
Herbefol
Empereur Padishah
Messages : 1367
Enregistré le : 16 septembre 2013, 15:29
Contact :

Re: Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Message par Herbefol » 26 octobre 2016, 14:11

Certes. Par contre, du point de vue de l'éditeur, le calcul comptable de la vente en direct (en gros l'éditeur doit facilement tripler sa marge) devrait s'accompagner de ce que cela peut "couter" si le libraire décide de ne plus soutenir les ouvrages de l'éditeur. Et si tous les libraires ne sont effectivement pas de très bons conseillers, il y a quand même pas mal de bouquins de petites (voire moyennes) maisons d'éditions qui profitent bien du soutien de certaines librairies.
Elessar a écrit :Je me demande quel peut-être l'impact sur les libraires avec ce genre de choses.
Tout dépend du volume de vente réalisé par l'éditeur. S'il place dix exemplaires de chaque ouvrage, les libraires ne verront pas la différence. Par contre, si le volume atteignait celui de certains crowdfunding des indés de l'imaginaire (presque d'un millier d'exemplaires dans certains cas), ce serait probablement mesurable. Dans ce cas, il ne serait d'ailleurs pas surprenant que certains libraires décident d'arrêter de "travailler" l'éditeur.
Au sommaire : Omale de Genefort, L'arbre des pendus d'Aaronovitch, Le crépuscule des dieux de Przybylski, La patrouille du temps d'Anderson & L'héritier de Novron de Sullivan.

Avatar du membre
Lorhkan
Ressource Humaine
Messages : 3941
Enregistré le : 01 septembre 2013, 11:24
Localisation : Breizh !
Contact :

Re: Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Message par Lorhkan » 26 octobre 2016, 18:28

Je comprends que les libraires grognent... Autant les crowdfundings se font sur des volumes simples, autant là, on parle des 6 prochains mois de parutions de l'éditeur qui ne passent pas par la case libraires... Ça commence à être un sérieux détour du circuit classique.

Avatar du membre
Herbefol
Empereur Padishah
Messages : 1367
Enregistré le : 16 septembre 2013, 15:29
Contact :

Re: Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Message par Herbefol » 26 octobre 2016, 21:53

Je pense qu'il y a un autre risque pour l'éditeur, peut-être moins visible que la perte de soutien des libraires : la trésorerie.
Dans le schéma d'édition classique, l'éditeur doit payer la majeure partie des frais avant la parution et ne commence à récupérer de l'argent qu'après (donc c'est lui qui fait l'investissement).
Dans le financement participatif et la souscription, une partie des lecteurs potentiels avance de l'argent avant la parution, parfois même avant que l'éditeur ait encore déboursé le moindre sous, et récupèrera le bouquin plus tard (ce sont eux qui font, en partie ou en totalité, l'investissement).
D'un point de vue, c'est cool de disposer de l'argent plus tôt, c'est plus tranquillisant, tout ça. Mais c'est aussi plus dangereux. Parce que la trésorerie récoltée pour le projet ne doit être dépensée que pour ce projet (si on veut gérer les choses sereinement). Or l'éditeur disposera parfois de cette sommes des mois avant la parution de l'ouvrage et donc les derniers frais à régler. Et pendant ce temps il peut être tentant de taper dans cette trésorerie pour payer autre chose. Et là, comme on a coutume de dire, c'est le drame puisque cette trésorerie ne sera plus intégralement disponible et l'éditeur devra donc trouver des sous ailleurs (en faisant un nouveau financement participatif/souscription ?).
Dans le cas présent, je rappelle que les moutons ont réalisé au premier semestre de cette année un financement participatif pour des artbooks qui doivent paraître à l'automne 2017. Cela veut dire que les sous récoltés dans cette opération doivent en partie être conservé pendant un an et demi. Et si c'est déjà difficile pour un particulier de résister à la tentation de taper dans une réserve d'argent, pour une entreprise c'est presque toujours mission impossible.
Bref, ça a l'air cool de disposer d'argent plutôt que dans le système distributeur/librairies mais ça n'est clairement pas sans danger.
Au sommaire : Omale de Genefort, L'arbre des pendus d'Aaronovitch, Le crépuscule des dieux de Przybylski, La patrouille du temps d'Anderson & L'héritier de Novron de Sullivan.

Avatar du membre
Cedric Jeanneret
Grand Archiviste
Messages : 1608
Enregistré le : 31 août 2013, 17:35
Contact :

Re: Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Message par Cedric Jeanneret » 26 octobre 2016, 23:19

A part cela, comme tu le dis c'est une question de gestion, et là c'est comme partout il y a des entreprises qui gèrent cela bien, d'autres pas.

Perso, en tant que lecteur, je trouve l'initiative sympathique et j'y ai souscris (et puis cela permet d'avoir livre physique + numérique à un prix intéressant, ce sur quoi je ne crache pas).

Les motifs de trésorerie et autres je laisse cela aux éditeurs. Et puis je suis un grand pragmatique, autant j'aime l'ambiance qu'il y a dans les librairies, autant mon porte-monnaie n'est pas excentencible à l'infini et si les librairie ne peuvent s'adapter et bien ma fois c'est triste mais c'est la vie.

Mais il s'agit là d'un autre débat.
Reflets de mes lectures, mon blog
Coliopod : le podcast de l'imaginaire
The novel walks into a bar followed by the novella.
The bartender says, "What's with the new guy?"
The novel says, "it's a long story."

Avatar du membre
Herbefol
Empereur Padishah
Messages : 1367
Enregistré le : 16 septembre 2013, 15:29
Contact :

Re: Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Message par Herbefol » 27 octobre 2016, 10:16

Cedric Jeanneret a écrit :et si les librairie ne peuvent s'adapter et bien ma fois c'est triste mais c'est la vie.
Encore faut-il que les règles du jeu permettent aux libraires de le faire. Ce qui n'est pas le cas dans cette situation. L'éditeur peut vendre avant sortie le livre au prix qu'il veut et une fois sorti il impose le prix auquel les libraires devront le vendre. S'il veut le vendre moins cher avant (tout en faisant plus de marge), les libraires ne peuvent pas lutter contre ça.
Au sommaire : Omale de Genefort, L'arbre des pendus d'Aaronovitch, Le crépuscule des dieux de Przybylski, La patrouille du temps d'Anderson & L'héritier de Novron de Sullivan.

Avatar du membre
Fix
Dompteur de Xénomorphes
Messages : 494
Enregistré le : 08 août 2014, 13:33
Localisation : Sur le canal

Re: Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Message par Fix » 27 octobre 2016, 10:20

Cedric Jeanneret a écrit : si les librairie ne peuvent s'adapter et bien ma fois c'est triste mais c'est la vie.
Puis-je trouver cela un poil léger ?

J'ai envie de remplacer le mot libraires par un paquet d'autres, pour voir.


Quand j'achète en direct à un maraîcher, je peux discuter de sa façon de travailler, de ses produits, voire même parfois aller sur son lieu de production. Le direct a plein d'avantages.
Là on me propose de passer par la médiation de la machine, en éjectant l'écosystème librairie. Dangereux.

Une boutique est prescriptrice même avant que le monsieur ou la dame ouvre la bouche : par les choix sur le fond et la disposition dans l'espace. Après, on peut ou pas ajouter le dialogue, notamment avec les autres clients. Une librairie peut être un lieu où on passe du temps, en dehors des moments d'achats (dédicaces, café-librairie etc ...).

On veut vivre ensemble ou pas ?

Avatar du membre
Cedric Jeanneret
Grand Archiviste
Messages : 1608
Enregistré le : 31 août 2013, 17:35
Contact :

Re: Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Message par Cedric Jeanneret » 27 octobre 2016, 11:20

Fix a écrit :
On veut vivre ensemble ou pas ?

Je suis d'accord et je ne dis pas que les librairies doivent fermer.

Mon point de vue se base sur plusieurs éléments :

- le premier, influencer par ma position de Suisse, c'est que lorsqu'un magasin se permet de pratiquer un change à 1 euro = 2 CHF (alors que le change réel est d'environ 1 euro = 1,15 CHF) en prétextant des coûts plus élevé de la vie, c'est que ce magasin prend ses clients pour des pigeons. Donc du coup je ne me gène pas pour acheter autre parte, dans mon cas : Amazon et directement chez les éditeurs.

- le livre ne devrait pas avoir un statut particulier. Si des changements dans la société font disparaitre un type d'enseigne, demandé tous le temps à l'état de sauver ces enseignes me semble malsain. (après il y a la notion de service publique, des question de santés, ou encore de qualité du produit, mais dans le cas du livre il ne me semble pas que le livre en lui même est en train de disparaitre, mais seulement une partie des libraires).

- Finalement il y a la question du prix et du service : quand je vois que beaucoup de librairie qui me sont accessibles facilement ont un service très moyen et des prix élevés, et bien en tant que consommateur j'estime ne pas à avoir un geste militant pour me force à aller chez eux.

Après bien qu'à titre personnel je sois contre le prix unique du livre, la seule chose qui me dérange dans tous cela, c'est le fait de voir certain jouer avec les limites de la loi Lang.
Reflets de mes lectures, mon blog
Coliopod : le podcast de l'imaginaire
The novel walks into a bar followed by the novella.
The bartender says, "What's with the new guy?"
The novel says, "it's a long story."

Avatar du membre
Fix
Dompteur de Xénomorphes
Messages : 494
Enregistré le : 08 août 2014, 13:33
Localisation : Sur le canal

Re: Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Message par Fix » 27 octobre 2016, 12:00

J'ai envie de dire que c'est dommage que tu n'aies pas de librairie sympa près de chez toi.

Sinon pour ce qui est du prix unique du livre, ça mériterait une discussion à part.

Avatar du membre
Lullaby
Initié
Messages : 55
Enregistré le : 24 octobre 2016, 12:44

Re: Levée de fond et autres pré-commandes participatives

Message par Lullaby » 28 octobre 2016, 14:43

Pour ma part, je suis assez partagée... d'une part parce que j'aime choisir mes livres (là, l'abonnement ne donne guère le choix). D'autre part, parce que j'ai la chance d'avoir une librairie spécialisée et comme elle a déjà fermé une fois, je n'ai pas envie que ça se reproduise de façon définitive.

Autant j'ai suivi avec enthousiasme la campagne pour les livres d'art, autant là je suis vraiment partagée.

Répondre