Bleue comme une orange - Partie 4 : Ch. 9 => fin

Modérateur : Modo Atuan

Répondre
Avatar du membre
Vert
Empereur Padishah
Messages : 1531
Enregistré le : 04 septembre 2013, 13:46
Contact :

Bleue comme une orange - Partie 4 : Ch. 9 => fin

Message par Vert » 24 septembre 2015, 13:58

Après quelques combines, Eric et Monique obtiennent l'autorisation d'inspecter la mystérieuse installation clou du spectacle de la conférence, mais ne découvrent aucun cerveau humain polymérisé, contrairement à leurs attentes. Mais leurs employeurs respectifs comprennent que le cerveau humain censé servir à la modélisation du climat est en fait Dravinda, le chercheur un peu fou. Eric comme Monique doivent donc chacun pour leur organisation découvrir pour qui le scientifique travaille, et selon la conclusion l'assassiner et faire porter le chapeau à l'autre (enfin c'est un peu plus compliqué que ça mais je résume).
En interrogeant le chercheur, ils découvrent qu'en fait il est la "tierce force" qui ne penche ni pour la Grande bleue, ni pour les Sibériens. Au contraire il a découvert que la Terre avait atteint la condition Chaos, qui rend impossible toute prédiction climatique à plus de dix ans. Eric et Monique en arrivent à la conclusion qu'ils doivent se débarrasser de lui "pour le plus grand bien de tous", et le roman s'arrête là.


Un peu abrupt comme fin, on ne saura jamais ce que devient la planète au terme de la conférence (en même temps si j'ai bien compris c'est impossible de savoir à cause de la condition Chaos). Mais les problématiques soulevées sont intéressantes : Jusqu'où aller pour préserver sa planète ? Une organisation (les Sibériens, les Mauvais Garçons) peut-elle renoncer à sa richesse pour assurer sa survie ? Jusqu'à quel point doit-on manipuler les gens pour leur faire accepter la situation/le changement ?

C'est plutôt intéressant toutes ces questions, et même si le roman est court il en fait bien le tour. Et j'ai bien aimé la vision de ce Paris tropical un siècle plus tard. Par contre j'avoue avoir eu très peu d'empathie pour les personnages, du coup j'ai gardé tout du long une certaine distance. Donc au final pour moi c'est une lecture intéressante, mais pas pour autant le gros coup de coeur.

Mortuum
Dompteur de Xénomorphes
Messages : 364
Enregistré le : 14 janvier 2015, 05:45
Contact :

Re: Bleue comme une orange - Partie 4 : Ch. 9 => fin

Message par Mortuum » 24 septembre 2015, 15:29

Yep pas mal de question intéressantes, théorie du chaos, relation pouvoir/argent/égoïsme mais à côté de ça, je n'ai eu aucune empathie pour les personnages non plus et je n'ai pas aimé le récit ou du moins la narration, alors que les thématiques sont intéressantes. Au final, je n'ai pas du tout été convaincu par cette lecture et je me suis plutôt ennuyée.

Avatar du membre
Nathalie
Neuromancien
Messages : 106
Enregistré le : 13 janvier 2015, 14:00
Localisation : Espoo, Finlande
Contact :

Re: Bleue comme une orange - Partie 4 : Ch. 9 => fin

Message par Nathalie » 28 septembre 2015, 15:22

C'est vrai que la fin est brutale, mais je ne vois pas trop comment il aurait pu finir ça autrement : dépasser l'interrogatoire de Davinda, ça menait directement à une intrigue à propos de laquelle il aurait fallu consacrer plusieurs romans, j'imagine. Ca n'empêche que c'est un peu insatisfaisant.

J'ai trouvé cette dernière partie compliquée, je suis la seule ? Peut-être parce que je m'endors en lisant le soir, j'ai eu besoin de concentration pour comprendre tous les sous-entendus, les plans machiavéliques, et les élucubrations de Davinda. Et puis tout ce sexe comme arme de torture, ça commence à lasser.

Contrairement à vous, je suis plutôt déçue de la façon dont les thèmes écologiques sont abordés. Si j'ai bien compris, les Sibériens et les Mauvais Garçons sont d'accord pour perdre beaucoup d'argent et faire ce qu'il faut pour réparer le climat s'il est certain que la Terre est en danger, et d'ailleurs ils n'ont pas le choix : c'est payer ou mourir. Du coup toutes les questions que tout le monde se pose à se niveau-là je les trouve franchement ridicules. Je trouve aussi ridicule qu'on attende d'avoir l'absolue certitude que la Terre est condamnée à court terme avant d'agir - surtout quand je lis les réflexions d'Eric par exemple : "oh non, il va de nouveau faire gris et pleuvoir à Paris, quelle horreur !"... Alors qu'à ce stade la Terre s'est tellement réchauffée et les climatologues, bien qu'incertains, sont quand même fort pessimistes. Genre, tout le monde préfère jouer à la roulette russe plutôt que d'agir. Les humains ne sont pas si cons que ça quand même...

Et puis j'ai peut-être raté un truc, mais c'était quoi au final le plan de la Grande machine bleue ? Ils misent tout dans une conférence dont le clou est en fait un mec qui va leur dire qu'il ne sait pas ce qu'il va se passer ? Si j'ai bien compris Davinda ne leur a pas raconté la vérité sur son histoire du chaos, mais de un, si nos deux héros arrivent à lui tirer les vers du nez les gens de la Grande Machine Bleue auraient dû pouvoir le faire aussi, et de deux, comment se fait-il qu'ils le laissent se balader tout seul sans protection alors que c'est le clou de leur exposition ? Je comprends pas, ça ne me paraît pas logique.

Bref, il y avait du potentiel, et puis en fait, c'est trop tarabiscoté avec trop d'aspects illogiques pour moi. Je suis un peu déçue.

Mortuum
Dompteur de Xénomorphes
Messages : 364
Enregistré le : 14 janvier 2015, 05:45
Contact :

Re: Bleue comme une orange - Partie 4 : Ch. 9 => fin

Message par Mortuum » 28 septembre 2015, 16:23

Compliquée oui, j'ai fini par décroché au bout d'un moment par lassitude. Donc j'ai bien compris qui était Davinda et sa théorie du Chaos et le choix final. Mais alors aucune idée des détails de qui en rapport avec quoi. J'ai trouvé ça tellement brouillon (en plus d'être ennuyant), que j'ai failli abandonné le roman. J'aurais peut être dû en fait.

"je suis plutôt déçue de la façon dont les thèmes écologiques sont abordés" Idem, ça partait bien pourtant, je trouve intéressant d'aborder cette thématique via l'idée du grand sommet annuel sur le climat et ses enjeux politico-complo-financiers au détriment du reste (La Terre devient invivable pour l’humanité (je ne comprends pas le terme sauvé la planète... techniquement, la planète, en elle même, s'en branle royale qu'il y ai réchauffement climatique ou pas)), va-t-on enfin faire quelque chose ? va-t-on enfin se mettre d'accord sur ce qu'il se passe ? Sauf que son exploitation est mal ficelé à mon avis et ça s'enlise dans un ping pong sexuel qui lasse et au final j'ai l'impression que les deux protagonistes pataugent dans la soupe comme moi avec ce scénario.

Par contre, là où je ne suis pas d'accord avec toi, c'est que je me demande si justement l'auteur ne pousse pas, volontairement, les choses à l’extrême et même au ridicule (cf, le ridicule que tu trouves au roman) : climat totalement déréglé et les scientifiques ne savent toujours pas se mettre d'accord (bon, apparemment, c'est à cause de la théorie du chaos qu'ils ne peuvent rien prédire et donc chacun y va de sa propre prédiction) et annoncer clairement qu'il faut faire quelque chose car c'est la merde. Pendant que les mafio-politiques ne pensent qu'à leur poche (enfin pas totalement car comme tu le dis, il faut payer ou mourir), etc.
Bref, tout ce ridicule, me fait penser à ce qu'il se passe en ce moment avec les climato-sceptiques alors que les évidences sont sous leur nez. Malheureusement ces climato-sceptiques sont à la tête des politiques US (et encore dans le roman, il n'y a pas de gouvernement je crois, c'est une sorte de système mafieux non?), donc forcement, aucunes mesures sérieuses ne sont prises ou suivies, malgré les gros warning des chercheurs. Et si on veut extrapoler au complot pétrolier, il suffit d'avoir lu les news récemment pour découvrir que l'Arabie Saoudite est à la tête du conseil des droits de l'homme des Nations Unis. Alors très honnêtement, le ridicule du roman, je le trouve très présent IRL.

Avatar du membre
Nathalie
Neuromancien
Messages : 106
Enregistré le : 13 janvier 2015, 14:00
Localisation : Espoo, Finlande
Contact :

Re: Bleue comme une orange - Partie 4 : Ch. 9 => fin

Message par Nathalie » 29 septembre 2015, 09:11

Tu as raison, peut-être que le côté ridicule est volontaire, il y a déjà pas mal d'ironie dans ce roman. Mais alors ce n'est pas terrible comme façon de faire parce que ce n'est pas assez poussé et pas comique. Toute l'intrigue est basée sur ces réflexions : faut-il ou ne faut-il pas agir ? Et ils en parlent, et en parlent, et en parlent, avec pleins de raisonnements compliqués... alors que dans leur situation, c'est soit ils agissent, soit ils ont beaucoup de chances que le scénario du pire se produise. Cette idée de "on n'agira que si on est sûrs à 100% que la fin est proche" n'a aucun sens.

En ce qui concerne les climatosceptiques d'aujourd'hui, oui il y a des preuves (d'ailleurs ils finissent pas les accepter, petit à petit), mais le réchauffement climatique n'est pas encore si visible, on peut toujours dire "ok on a des hivers terribles et des sécheresses de plusieurs années, mais c'est déjà arrivé avant, ok ça arrive plus souvent qu'avant, mais qui nous prouve que ça va durer..." etc. Mais là ils ont perdu la Louisianne et la Sibérie est devenue paradisiaque, quoi, c'est quand même une autre échelle. D'ailleurs personne ne conteste plus qu'il faut faire quelque chose, un jour, l'idée c'est plutôt d'attendre le moment où on est sûrs que c'est soit ça, soit tous mourir. Je crois quand même que l'humanité est pas si bête que ça.

Et l'Arabie Saoudite est juste présidente d'un groupe consultatif au sein du conseil des droits de l'homme, pas présidente du conseil lui-même, ce qui ne lui donne quasi aucun pouvoir. C'est ridicule a priori oui, mais c'est le résultat d'un compromis politique qui ressemble à un prix de consolation pour pas lui donner plus, et vu comme ça c'est bien plus logique. Et moins bien ridicule que se dire "oh on n'est pas encore sûrs à 100% que notre espèce va s'auto-détruire ? Surtout ne faisons rien alors" :mrgreen:

Mortuum
Dompteur de Xénomorphes
Messages : 364
Enregistré le : 14 janvier 2015, 05:45
Contact :

Re: Bleue comme une orange - Partie 4 : Ch. 9 => fin

Message par Mortuum » 29 septembre 2015, 10:19

Clairement d'accord pour dire que c'est mal amené et mal fichu ce ridicule (s'il est voulu par l'auteur).

Pour le reste, lot de consolation ou pas et même si peu de pouvoir, je trouve tout de même ça ridicule et c'est là où je voulais en venir avec le ridicule du roman. (j'avais lu ce même article).
Pour les climatosceptiques, c'est vrai que ce ne se "voit" pas assez mais se baser se sur les hivers/étés de son pays comme argument ou info est une erreur énorme vu que la climatologie se situe à une grosse échelle et non à l'échelle nombriliste de sa petite ville durant son temps, donc tout climatosceptique un peu sérieux devrait regarder plus loin que le bout de leur nez et voir les donner sur une grande échelle de temps (après libre à eux l'interprétation des données) et c'est ce ridicule aussi que je pointais.

Mais c'est vrai que tant que l'on a pas l'impression que ça nous touche directement, OSEF. Alors que dans le livre, ils ont les pieds dedans et jusqu'au cou, mais personne ne bouge. En même temps, entre les fausses tornades, les complots, les prédictions imposibles et la tune impliquée, ça fait un peu "bon qui se dévoue à faire quelque chose ? On est proche de la condition Vénus", "oh on ne peut rien prédire, théorie du chaos. Donc aucune idée de quoi faire, ni de ses conséquences". "OK". Fin du livre.

Avatar du membre
Raven
Dompteur de Xénomorphes
Messages : 265
Enregistré le : 01 septembre 2013, 11:59
Localisation : Montréal, QC
Contact :

Re: Bleue comme une orange - Partie 4 : Ch. 9 => fin

Message par Raven » 30 septembre 2015, 17:48

Pfiou, vous avez déjà dit pas mal de choses que je pense pas mal...

J'ai bien aimé la façon dont s'est terminée le roman pour ma part, j'aime bien ce genre de conclusion où on laisse au lecteur tout le loisir de s'imaginer ce que les héros ont pu faire dans un tel cas, et qu'il y a une suite directe à tout ça.
Par contre, comme tout le monde, aucune accroche envers les personnages et une bonne grosse lassitude envers le côté cul (surtout que bon... ce genre de stimulation pour sortir les vers du nez de Davinda n'apporte franchement rien de bon au tout... -_-). J'ai eu le sentiment que le roman brassait beaucoup de vent pour rien finalement, on tourne énormément autour du pot avec pas mal d'éléments qui auraient pu être omis sans aucun problème (sérieux, la fin c'était vraiment rajouter artificiellement des complications à l'explication, j'en suis venue à lire en me disant "ok trop d'infos d'un coup dans tous les sens, on verra au moment de la révélation si je pige"), au détriment de l'aspect purement écologique qui n'est finalement là que comme prétexte à un jeu entre plusieurs groupes concernés.

Bref, pas mal de bonnes choses lancées (la condition climatique actuelle, l'importance de l'intervention de chacun, les raisons de manipuler certaines infos, jusqu'où peut on aller pour sauver une cause, les conséquences de l'impact humain etc.) noyées dans beaucoup trop de trucs superflus comme des rajouts d'éléments qui auraient pu être intéressants mais qui faute de développement ne sert à rien (le cerveau polymérisé), l'affrontement durant 80% du roman pour finalement être déjoué par un perso qui ne prend de l'importance qu'en toute fin (Davinda, on aurait pu lui faire faire ou dire n'importe quoi tant il était invisible avant), les persos sans saveurs, la narration fouillie/irrégulière/brouillon qui tourne en rond...

Assez frustrant donc parce qu'avec tout les points soulevés ça aurait pu être très bon !

Mortuum
Dompteur de Xénomorphes
Messages : 364
Enregistré le : 14 janvier 2015, 05:45
Contact :

Re: Bleue comme une orange - Partie 4 : Ch. 9 => fin

Message par Mortuum » 30 septembre 2015, 23:35

@raven, tu viens de dire exactement ce que je pense.

Avatar du membre
Nathalie
Neuromancien
Messages : 106
Enregistré le : 13 janvier 2015, 14:00
Localisation : Espoo, Finlande
Contact :

Re: Bleue comme une orange - Partie 4 : Ch. 9 => fin

Message par Nathalie » 01 octobre 2015, 14:50

Et moi aussi ! Parmi les aspects secondaires pas assez développés, je rajouterais cette histoire de syndicats. L'aspect "post-capitaliste, post-nationaliste" m'intéressait pas mal, d'autant plus qu'apparemment ça ne marche pas terrible. Dommage.

Répondre