Première partie (jusqu'à la page 58)

Modérateur : Modo Atuan

Avatar du membre
Tigger Lilly
Cyberjuré
Messages : 1760
Enregistré le : 29 août 2013, 23:28
Localisation : Paris
Contact :

Première partie (jusqu'à la page 58)

Message par Tigger Lilly » 07 mai 2015, 22:11

Morty est décidément un boulet pour ses parents : il a bon cœur mais il n'est vraiment pas fait pour l'agriculture rétro annuelle, cela demande trop de concentration et de précision pour son esprit vagabondeur. L'oncle de Morty suggère donc à son père de l'emmener à la foire à l'embauche pour qu'il devienne apprenti. C'est là que Morty fera la connaissance de La Mort qui l'embauchera. Passé la stupeur première, le garçon ne se débrouille pas trop mal dans son nouvel emploi. Il fait la connaissance d'Ysabell, la fille adoptive de La Mort, d'Albert, l'intendant, de Bigadin le cheval et du domaine de La Mort.

Toutefois, les choses vont légèrement basculer lorsque Morty et La Mort se rendent dans un château pour le meurtre d'un roi. Le fait est que ce roi a une fille, qui a légèrement tapé dans l’œil du gamin. Le Duc de Sto Hélit qui vise le trône a commandité l'assassinat afin de se rapprocher du trône. Il n'en est qu'à un pas ... juste derrière la fille du roi. On apprend aussi à ce moment qu'empêcher la mort de quelqu'un dont l'heure a sonné peut causer de GROS problèmes.

C'est alors que Morty demande une après-midi de congé. Le voilà donc propulsé en plein Ank-Morpokh. Il cherche à se rendre à Sto Lat mais se perd dans les ruelles de la ville sordide et mal famée. Il arrive à se tirer d'un mauvais pas en passant à travers un mur (ça a ses avantages d'être l'apprenti de La Mort, visiblement).


Je suis contente de relire ce livre, il passe tout seul. Les bons mots de Pratchett sont très plaisants. Je ne commenterai pas ce que je pense de l'histoire étant donné que je connais déjà la suite mais si je ne l'avais pas aimée, je ne le relirais pas :p

Une citation, juste pour le plaisir :
Le Créateur avait eu des tas d'idées excellentes lorsqu'il avait bâti le monde , mais le rendre compréhensible n'avait pas fait partie du lot

Avatar du membre
Lhisbei
Mémoire
Messages : 3571
Enregistré le : 29 août 2013, 20:48
Contact :

Re: Première partie (jusqu'à la page 58)

Message par Lhisbei » 09 mai 2015, 09:44

Je ne vois pas qu'ajouter d'autre. J'avais relevé la même citation en plus :p

Je me rends compte qu'à la fac je m'étais arrêtée au tome 2 ou 3 des Annales du Disque-Monde. La bibliothèque (et oui, à l'époque, ce n'était pas encore une médiathèque) possédait la totalité des tomes parus. J'aurais dû pousser un peu ma lecture parce que Mortimer se lit tout seul. A chaque page, soit j'ai souri soit j'ai ri. Il y a une telle richesse et une telle inventivité dans le vocabulaire, les locutions, les néologismes et les images évoquées (j'ai presque envie de dire "invoquées" parce que cette forme de talent de l'auteur, relayée par le traducteur qui fait un super boulot, touche à la magie) qu'il est impossible de ne pas se prendre au jeu et de ne pas embarquer avec l'encombrant Mortimer. Si Mortimer est un peu inadapté à son monde (LA MORT aussi, mais elle en est blasée), il n'est pas pour autant bête ou niais. Sa curiosité en fait un être à part des les premières pages.
En bref, Morty appartenait à cette race d’individus plus dangereux qu’un sac d’aspics. Il tenait résolument à découvrir la logique cachée de l’univers.
Beaucoup aimé aussi les notes de bas de page comme celle sur la vitesse de la lumière
Tout, ou presque, se déplace plus vite que la lumière du Disque, laquelle est flemmarde et docile, à l’inverse de la lumière ordinaire. La seule chose connue pour aller plus vite que la lumière ordinaire, c’est la monarchie, selon le philosophe Ly Tin Wheedle. Voici son raisonnement : on ne peut avoir plus d’un roi à la fois, et la tradition veut que le trône ne reste pas vacant une seconde, si bien qu’à la mort d’un monarque la succession doit se transmettre instantanément à l’héritier. Il doit donc exister, disait le philosophe, des particules élémentaires – royons, voire reinons – qui entrent en jeu, étant entendu que la succession parfois échoue si, en cours de route, elles rencontrent une antiparticule, ou républicon. Ses projets ambitieux d’appliquer sa découverte à la transmission des messages, qui impliquaient la torture consciencieuse d’un roitelet à seule fin de moduler le signal, ne furent jamais entièrement exposés parce qu’à ce moment le bistro décida de fermer.
La MORT paraît un peu ailleurs par moment, un peu fatigué, je trouve. Je suis impatiente de lire la suite. D'ailleurs j'y retourne.
Malheureusement, les progrès de la science sont souvent comme une hache dans les mains d’un criminel pathologique - Albert Einstein
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement - Bouddha

Avatar du membre
Lune
Licornosaure
Messages : 4445
Enregistré le : 29 août 2013, 09:29
Localisation : Breizh
Contact :

Re: Première partie (jusqu'à la page 58)

Message par Lune » 09 mai 2015, 10:54

Je suis dans la dernière version poche de Pocket. Arrivée à la page 66 je n'ai toujours pas trouvé la phrase repère :mrgreen: et lisant le résumé je vois que je n'en suis pas encore là ! Je vais donc continuer ma (re)lecture :lol:

EDIT : après vérif c'est donc à la page 76 qu'il prend ses jambes à son cou :mrgreen:
Je m'échinais à me remémorer ce qui allait venir. Christopher Priest

Un Papillon dans la Lune c'est par là.

Avatar du membre
Tigger Lilly
Cyberjuré
Messages : 1760
Enregistré le : 29 août 2013, 23:28
Localisation : Paris
Contact :

Re: Première partie (jusqu'à la page 58)

Message par Tigger Lilly » 09 mai 2015, 11:40

M'enfin. Ils ont du sérieusement agrandir la police de caractère :shock: Mon édition date de 2010. Il y a combien de pages dans ton édition ?

Avatar du membre
Ksidraconis
Neuromancien
Messages : 150
Enregistré le : 13 décembre 2014, 13:22
Contact :

Re: Première partie (jusqu'à la page 58)

Message par Ksidraconis » 11 mai 2015, 10:40

J'ai fini la première partie ce week-end et c'est vrai que ça se lit tout seul ! Comment ne pas au moins sourire à la lecture de tous ces petits détails, comme le fait que la Mort utilise des chevaux de chair et d'os, car elle en avait marre de recoller les morceaux de ses chevaux squelettiques... ou la Mort qui essaye de faire un clin d'oeil ;)
Something like a small blue supernova flared for a moment in the depths of his eyesockets. It dawned on Mort that, with some embarrassment and complete lack of expertise, Death was trying to wink.
Mortimer est un petit garçon bien sympathique, loin d'être aussi stupide que ses parents veulent croire... Par contre Ysabell a l'air un rien agaçante !

En tous cas, je suis bien contente de vous avoir suivis pour le moment (il y a quelques temps, on m'avait fait essayer l'une des annales du disque monde -- aucun souvenir de quel tome -- mais je n'avais pas accroché du tout du tout... ce n'était peut être simplement pas le bon tome et pas le bon moment !)
"Ne craignez pas d’être lent, craignez seulement d’être à l’arrêt."

Avatar du membre
Tigger Lilly
Cyberjuré
Messages : 1760
Enregistré le : 29 août 2013, 23:28
Localisation : Paris
Contact :

Re: Première partie (jusqu'à la page 58)

Message par Tigger Lilly » 11 mai 2015, 12:14

Tiens Ksidraconis, tu lis en anglais toi. Est-ce qu'il y a aussi une note de bas de page concernant le sexe de La Mort en anglais ? Comme les noms communs n'ont pas vraiment de genre en anglais je me demandais si c'était une spécificité de la traduction française (et du coup un running gag créé par le traducteur).

Avatar du membre
Lune
Licornosaure
Messages : 4445
Enregistré le : 29 août 2013, 09:29
Localisation : Breizh
Contact :

Re: Première partie (jusqu'à la page 58)

Message par Lune » 11 mai 2015, 12:37

2012, 319 pages. Police pas spécialement grande, agréable à lire.

Je retrouve Pratchett avec bonheur. J'adore le personnage de la Mort, c'est mon préféré du Disque Monde (avec Rincevent)

Mortimer est marrant et alors que sa famille le croit bon à rien, c'est loin d'être un abruti !

Et à chaque paragraphe, il y a un sourire qui me vient. Y a pas à dire Pratchett était vraiment drôle, plein de répartie et il avait toujours le bon mot. Chapeau évidemment aussi à la traduction de Patrick Couton, le seul traducteur à qui j'ai jamais fait dédicacer un bouquin !
Je m'échinais à me remémorer ce qui allait venir. Christopher Priest

Un Papillon dans la Lune c'est par là.

Avatar du membre
Ksidraconis
Neuromancien
Messages : 150
Enregistré le : 13 décembre 2014, 13:22
Contact :

Re: Première partie (jusqu'à la page 58)

Message par Ksidraconis » 11 mai 2015, 16:51

Tigger Lilly a écrit :Tiens Ksidraconis, tu lis en anglais toi. Est-ce qu'il y a aussi une note de bas de page concernant le sexe de La Mort en anglais ? Comme les noms communs n'ont pas vraiment de genre en anglais je me demandais si c'était une spécificité de la traduction française (et du coup un running gag créé par le traducteur).
Non, je ne me souviens pas d'une telle note ! pas dans la première partie en tous cas (je n'ai pas le bouquin sous la main -- trop beau pour être trimbalé dans les transports ! -- mais je revérifierai ce soir).
Il me semble qu'il n'y en a eu qu'une pour le moment, celle sur la vitesse de la lumière, citée par Lhisbei (d'ailleurs on y parle plutôt de "kingons", qui sonne un peu mieux que "royons" ;))

Et alors, qu'est ce qu'elle raconte cette note ??
"Ne craignez pas d’être lent, craignez seulement d’être à l’arrêt."

Avatar du membre
Tigger Lilly
Cyberjuré
Messages : 1760
Enregistré le : 29 août 2013, 23:28
Localisation : Paris
Contact :

Re: Première partie (jusqu'à la page 58)

Message par Tigger Lilly » 11 mai 2015, 18:34

Ça dit juste que la Mort est de sexe masculin. C'est sur la première page. En relisant il est écrit "NdT" à côté, note du traducteur. Donc forcément ça ne devrait pas y être dans la version anglaise.

Avatar du membre
Ksidraconis
Neuromancien
Messages : 150
Enregistré le : 13 décembre 2014, 13:22
Contact :

Re: Première partie (jusqu'à la page 58)

Message par Ksidraconis » 11 mai 2015, 22:41

Tigger Lilly a écrit :Ça dit juste que la Mort est de sexe masculin. C'est sur la première page. En relisant il est écrit "NdT" à côté, note du traducteur. Donc forcément ça ne devrait pas y être dans la version anglaise.
Ah oui d'accord. Pas d'ambiguïté en anglais puisque les pronoms désignant la Mort sont masculins.
"Ne craignez pas d’être lent, craignez seulement d’être à l’arrêt."

Répondre