Vos écritures (le coin des auteurs)

Ici on discute de tout et de rien
Avatar du membre
Phenix
Bibliothèque ambulante
Messages : 635
Enregistré le : 01 septembre 2013, 17:58
Localisation : Lyon
Contact :

Re: Vos écritures (le coin des auteurs)

Message par Phenix » 05 septembre 2017, 00:11

Phenix a écrit :Finalement, je publie mes nouvelles sur le net, c'est plus rapide : https://jmbsf.wordpress.com/2017/09/01/ ... ispo-a-0e/

Je suis friand de vos avis. :D Pour m'améliorer.
Vous n'avez pas lu ? :cry:

We Love Words : http://welovewords.com/documents/lassaut-2
Short Edition : http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/lassaut

Avatar du membre
Phenix
Bibliothèque ambulante
Messages : 635
Enregistré le : 01 septembre 2013, 17:58
Localisation : Lyon
Contact :

Re: Vos écritures (le coin des auteurs)

Message par Phenix » 13 septembre 2017, 21:41

Je me suis abonné à ScriBay. Je vous dirais comment c'est.

J'ai reçu une réponse de la part du Bélial pour ma nouvelle. Ils ont refusé. Ca ne me surprend pas. La fin était intéressante mais le reste ne correspond pas à la ligne éditoriale actuelle qui se concentre davantage sur des problématiques actuelles. Sûr qu'une histoire de bataillee spatiale fait trop space op à l'ancienne. Mais ce n'est que ma première nouvelle, et je l'ai publiée sur Internet.

Avatar du membre
lutin82
Ectoplasme
Messages : 37
Enregistré le : 15 novembre 2016, 11:38
Localisation : 82 - T&G
Contact :

Re: Vos écritures (le coin des auteurs)

Message par lutin82 » 22 octobre 2017, 10:17

Phenix a écrit :Je me suis abonné à ScriBay. Je vous dirais comment c'est.

J'ai reçu une réponse de la part du Bélial pour ma nouvelle. Ils ont refusé. Ca ne me surprend pas. La fin était intéressante mais le reste ne correspond pas à la ligne éditoriale actuelle qui se concentre davantage sur des problématiques actuelles. Sûr qu'une histoire de bataillee spatiale fait trop space op à l'ancienne. Mais ce n'est que ma première nouvelle, et je l'ai publiée sur Internet.
je ne suis pas surprise que Le Bélial ait refusè ta nouvelle, elle est un peu trop "martiale" pour eux.
C'est dommage que L'Atalante ne publie pas ce genre de format.

Avatar du membre
Phenix
Bibliothèque ambulante
Messages : 635
Enregistré le : 01 septembre 2013, 17:58
Localisation : Lyon
Contact :

Re: Vos écritures (le coin des auteurs)

Message par Phenix » 22 octobre 2017, 13:50

lutin82 a écrit :
Phenix a écrit :Je me suis abonné à ScriBay. Je vous dirais comment c'est.

J'ai reçu une réponse de la part du Bélial pour ma nouvelle. Ils ont refusé. Ca ne me surprend pas. La fin était intéressante mais le reste ne correspond pas à la ligne éditoriale actuelle qui se concentre davantage sur des problématiques actuelles. Sûr qu'une histoire de bataillee spatiale fait trop space op à l'ancienne. Mais ce n'est que ma première nouvelle, et je l'ai publiée sur Internet.
je ne suis pas surprise que Le Bélial ait refusè ta nouvelle, elle est un peu trop "martiale" pour eux.
C'est dommage que L'Atalante ne publie pas ce genre de format.
Oui, je pense simplement que ça fait trop rétro.

Le Chroniqueur
Neuromancien
Messages : 115
Enregistré le : 04 février 2018, 15:01
Contact :

Re: Vos écritures (le coin des auteurs)

Message par Le Chroniqueur » 17 mai 2018, 01:02

Salut à tous, je relance un peu ce chouette topic pour vous dire que je publie majoritairement mes récits sur mon blog, ici https://leschroniquesduchroniqueur.word ... ry/ecrits/. Si ça intéresse quelqu'un de me donner son avis, je suis preneur !
J'ai aussi un Scribay, mais il est très peu mis à jour parce que j'avance très lentement sur mes manuscrits...

Begtse
Tachyon
Messages : 2
Enregistré le : 08 juillet 2018, 09:13

Begtse

Message par Begtse » 08 juillet 2018, 09:21

Salut, j'aime écrire sur le thème de la sf depuis que je suis ado. Je vous soumet ici quelques créations, j'espère que ça vous plaira...


Depuis que les dernières puces informatiques high-tech avaient été remplacées par des séquences ADN, il s’était écoulé au bas mot quatre millions d’années.

La terre était redevenue une boule de neige, et c’est bien cet aspect là qu’elle avait lorsque vous la regardiez depuis les innombrables stations orbitales.
Stations depuis longtemps abandonnées où des hectares de champs hydroponiques continuaient d’être inlassablement entretenue par le système automatisé.

Les océans étaient enchâssés dans une gangue de glace de plusieurs kilomètres d’épaisseur. Des villes, depuis longtemps désertes, étaient figées sur les océans glacés. Sur la terre hypergelée, même constat: des mégapoles méconnaissables à l’intérieur de montagnes de glace.

C’est au plus profond d’une caverne oubliée que le sage conseil des omniscients se tenait.
Ces êtres n’avait pratiquement plus rien à voir avec homo sapiens. Ils ressemblaient à des géants affublés d’une tête oblongue et doté du même visage neutre.
Certain d’entre eux étaient endormi en une stase intemporelle dans d’immenses sarcophages métalliques. La peau de ceux là même était recouverte d’une fine couche de ce qui paraissait être de l’or.

Les autres discutait avec la dernière génération d’intelligence artificielle. Pour se manifester, elle avait prit la forme d’une créature féminine bien plus petite qu’eux. Mais son regard semblait perdu dans l’infini du cosmos.

- J’ai fait l’expérience de l’éternité. Commença t-elle.

- Non sens ! L’éternité n’a ni début ni fin, seule une fraction peut être expérimentée, le reste n’est que pure fantaisie. Rétorqua l’un des sages.

- Non, je vous dit que j’ai fait parfaitement l’expérience de l’éternité. Continua la créature féminine.

Les sages discutèrent ensemble, puis, l’un d’eux prit la parole;

- Pour valider votre expérience vous devez la vivre pour l’éternité. Paradoxe temporel ! Vous mélangez symbolisme mystique et réalité pan-scientifique.

C’est alors que l’intelligence artificielle reprit la parole;

- L’éternité n’est pas l’absolu. C’est vous qui vous vous emmêlez les pinceaux ! L’éternité est une vue de l’esprit ordinaire, rien de plus.

- Scandale ! Fumisterie ! Sacrilège ! Tous les sages huaient la créature qui fini par partir en se dématérialisant dans un rayon bio-tronique.

La planète était toujours aussi blanche…

Avatar du membre
Lhisbei
Mémoire
Messages : 3400
Enregistré le : 29 août 2013, 20:48
Contact :

Re: Vos écritures (le coin des auteurs)

Message par Lhisbei » 08 juillet 2018, 17:42

Bonjour Betse.
Message déplacé dans le fil adéquat.
Malheureusement, les progrès de la science sont souvent comme une hache dans les mains d’un criminel pathologique - Albert Einstein
Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement - Bouddha

Avatar du membre
Phenix
Bibliothèque ambulante
Messages : 635
Enregistré le : 01 septembre 2013, 17:58
Localisation : Lyon
Contact :

Re: Vos écritures (le coin des auteurs)

Message par Phenix » 27 novembre 2018, 21:22


Syldar
Tachyon
Messages : 5
Enregistré le : 09 mars 2019, 09:15

#PSF2019 Hégémonie Galactique, tome 1 : Naissance d'une Valkyrie - Nicolas MEURILLON

Message par Syldar » 09 mars 2019, 09:58

Le tome 1 d'Hégémonie Galactique : Naissance d'une Valkyrie
Hegemonie-Galactique-Tome-1-Montage-web.jpg
Hegemonie-Galactique-Tome-1-Montage-web.jpg (112.08 Kio) Vu 93 fois
Tanya Patrova est une enfant prodige élevée en internat dans le centre d’éducation le plus réputé de Rovus 4. Mais lorsque la Directrice annonce à Tanya qu’elle la destine à devenir courtisane, elle est loin de se douter qu’elle se condamne à mort. Car Tanya n’est pas seulement l’enfant effacée, docile et attachante qu’elle paraît ; secrètement issue des recherches génétiques les plus avancées de la galaxie, Tanya est également machiavélique, dangereuse, et d’une détermination sans limite.

Celle que l’on nommera plus tard la Valkyrie des Patrova va, en grandissant, méthodiquement tisser sa toile et tout risquer, jusqu’à sa propre vie, pour échapper à un destin qu’elle trouve répugnant. Et tous ceux qui se mettront sur son chemin le paieront très cher… Mais au-delà du complot et des cadavres laissés derrière elle, Tanya découvrira aussi qu’elle n’est pas seule au monde, comme elle le pensait. Elle dénouera la relation dysfonctionnelle qu’elle a avec ses parents et trouvera son âme sœur. Ces deux évènements majeurs l’amèneront à plus d’humanité et lui donneront la force de relever tous les défis…

Évolution réaliste de notre monde actuel, ce 39ème siècle aux multiples planètes, aux villes étincelantes, aux intelligences artificielles bienveillantes et à l’environnement parfaitement protégé est tourné vers toujours plus de loisirs, de facilités, de sécurité, de perspectives d’avenir, mais c’est malheureusement au détriment de nombreuses libertés.


Ce thriller d’anticipation au rythme et au suspens haletants a été écrit pour plaire autant aux passionnés de science-fiction qu’aux allergiques du genre. Découvrez très simplement s’il est fait pour vous : faites le “test” en 1ère page.

Modération des liens publicitaires.

Syldar
Tachyon
Messages : 5
Enregistré le : 09 mars 2019, 09:15

Re: #PSF2019 Hégémonie Galactique, tome 1 : Naissance d'une Valkyrie - Nicolas MEURILLON

Message par Syldar » 09 mars 2019, 10:11

Je sais que des chroniques sur des blogs sont en cours. J'ajouterai les liens quand elles seront parues.

En attendant, j'ai trouvé une chronique de lecteur (un inconnu dénommé Jean-François) sur le site de l'auteur : http://nicolas-meurillon.fr/la-chroniqu ... ue-tome-1/ la chronique est en bas, en commentaire.

Sinon, la voici en copier coller.

Tout d’abord, disons-le franchement, je suis loin d’avoir l’étoffe d’un critique littéraire. Tout au plus, suis-je un impénitent lecteur aux goûts fort éclectiques. J’ai eu le privilège de découvrir, parmi les premiers (je pense), l’ouvrage de Nicolas MEURILLON. Comme j’aime beaucoup la SF, j’avoue avoir déjà dévoré un certain nombre de sagas renommées, d’autres moins connues, la plupart du temps avec plaisir, même s’il m’arrive de ne pas aimer certains récits pourtant plébiscités et primés. Affaire de goûts.

C’est donc avec une approche curieuse mais bienveillante que j’ai abordé le thriller de Nicolas MEURILLON. Au terme de ma lecture de ce premier tome, voici ce que j’en retire :
Nous avons affaire à une intrigue complexe, incisive, savamment construite et aux descriptions chirurgicales.

Nicolas MEURILLON nous plonge dans un univers futuriste, avec une société culturelle à tendance russe (du moins sur les planètes du système Rovus). Je dis bien à tendance, car les personnages de la famille Patrova ont toujours été des précurseurs très cosmopolites, donc ne vous attendez pas à retrouver tous les lieux communs/clichés des héritages slaves. Malgré tout, si vous êtes connaisseurs de la saga Miles Vorkossigan (écrit par Lois MCMASTER BUJOLD), vous ne serez pas trop dépaysés et y retrouverez une certaine analogie d’environnement et de situations.

Le côté politique n’a pas été oublié. Il est même truffé de situations aussi sournoises que machiavéliques. Ce n’est pas sans rappeler les coups tordus des “forces de défenses coloniales” de la série “le vieil homme et la guerre” de John SCALZI. Rien que cet aspect de l’intrigue, c’est “retors vers le futur” !

L’auteur est dans l’air du temps : il suit le courant féministe actuel. Son héroïne, aussi survitaminée qu’impitoyable, en remontre intellectuellement et physiquement à toute une horde de gros balaises gavés de testostérone. Cela est amené de manière assez jouissive et un brin sadique. Messieurs, nous en prenons pour notre grade. J’en ai encore mal pour eux. Comme diraient certaines marionnettes bien connues : Tanya “est sévèrement burnée”.

Pour l’instant, les amateurs de space-opéra seront peut-être un peu frustrés, car dans ce premier opus il n’y a pas d’affrontements spatiaux comme dans la guerre des étoiles ou dans la saga Honor Harrington. Mais cela viendra sûrement par la suite (d’autant que certains conflits spatiaux passés sont évoqués).

Ajoutez-y une dose d’humour “blague à froid” ou “pince sans rire”, un zeste léger d’érotisme de bon aloi et vous aurez une bonne idée du contenu de ce roman.

J’émettrai cependant une petite critique (il le faut bien) ; je trouve pour ma part que les personnages manquent encore un peu de profondeur d’âme. Néanmoins, ils sont attachants et on se les accapare très facilement. L’auteur semble révéler peu à peu ses personnages, comme Clive, qui est une bonne surprise, mais qu’on ne commence à comprendre qu’après la moitié du roman.
En conclusion, commettre un tel pavé et d’une si honnête qualité comme premier livre, moi je dis : WÔW ! ; o)

Bien sûr, l’œuvre est encore perfectible mais la base en est très solide. Je gage que Nicolas MEURILLON saura rencontrer son public (ainsi qu’un éditeur éclairé), être reconnu et couronné de succès.

Pour l’anecdote, le roman est vraiment prenant ; j’ai failli par deux fois manquer une correspondance dans les transports, tellement j’avais le nez dans le livre. Je ne vous cache pas attendre la suite avec une certaine impatience.

En espérant avoir pu vous éclairer, je vous souhaite une bonne lecture.

Répondre